Benoît XVI demande l'ouverture du dialogue en Syrie

Emotion du pape pour la mort d'enfants

| 1380 clics

ROME, dimanche 12 février 2012 (ZENIT.org) – Le pape Benoît XVI lance un appel ému au dialogue en Syrie, évoquant notamment la mort de petits enfants dans les violences de ces derniers jours.

Le pape a lancé cet appel en italien, après l’angélus de midi, ce dimanche 12 février, depuis la fenêtre de son bureau qui donne place Saint-Pierre.

« Je suis avec beaucoup d’appréhension les épisodes dramatiques d’une violence croissante en Syrie. Ils ont provoqué ces derniers jours de nombreuses victimes. J’évoque les victimes, dont des enfants, dans ma prière, les blessés, et ceux qui souffrent des conséquences d’un conflit toujours plus préoccupant », a dit le Benoît XVI.

Surtout le pape a invité au dialogue : « Je renouvelle en outre mon pressant appel à mettre fin à la violence et à l’effusion de sang. Enfin j’invite chacun – et avant tout les autorités politiques de Syrie – à privilégier la voie du dialogue, de la réconciliation et de l’engagement pour la paix. Il est urgent de répondre aux aspirations légitimes des différentes composantes de la Nation, ainsi qu’aux souhaits de la communauté internationale, préoccupée du bien commun de toute la société et de la région. »

Vendredi, 10 février, la ville d’Alep, deuxième ville du pays, a été rattrapée par la crise syrienne qui avait frappé jusqu’ici d’autres villes, notamment Homs. De attaques ont eu lieu dans cette une ville prospère et jusqu’à présent calme, carrefour des nations, où se trouvent de nombreux chrétiens, et, parmi les catholiques aussi bien des Arméniens ayant fui la Turquie au début du XXe s. que des Chaldéens, réfugiés d’Irak, mais aussi des monastères et des couvents, au service de la population, dont des religieuses françaises.

Selon Radio Vatican, au moins 25 personnes ont été tuées et 175 blessées dans une double attaque à la voiture piégée contre deux bâtiments de la sécurité d’Alep. A Homs, la situation restait « dramatique ». Et le nonce apostolique à Damas, Mgr Mario Zenari, a déploré « la détresse et la souffrance quotidienne des habitants ». Il a exhorté la communauté internationale « à agir au plus vite afin d'enrayer la spirale des violences qui s’installe ».

Anita Bourdin