Benoît XVI est un grand pape du Concile Vatican II, selon le card. Bertone

Entretien accordé à la chaîne française KTO

| 2029 clics

ROME, Mardi 15 Décembre 2009 (ZENIT.org) - Benoît XVI a une « relation spéciale avec le Concile » Vatican II dont il est l'« un des plus fins connaisseurs », a affirmé le cardinal Tarcisio Bertone dans un entretien exclusif accordé à la chaîne de télévision française KTO à l'occasion de son dixième anniversaire.

Interviewé le 14 décembre par la directrice des programmes de la chaîne KTO, Philippine de Saint-Pierre, le premier collaborateur du pape a défini Benoît XVI comme un « grand pape du Concile Vatican II ».

Dans ce long entretien, le cardinal Bertone a rappelé la « relation spéciale » entretenue par Benoît XVI « avec le Concile ». « Il suffit de voir combien de fois il cite les textes du Concile dans ses discours, ses interventions, ses encycliques. Il est l'un des plus fins connaisseurs du Concile, de ce que j'appellerais l'âme du Concile Vatican II », a-t-il expliqué.

Depuis le Concile Vatican II où il était expert et jouissait d'une grande « célébrité », le pape « a vu certains abus, certains dangers, et il a souligné surtout l'interprétation du Concile dans la continuité et non pas dans la rupture avec la tradition précédente ».

« C'est un point essentiel, parce que comme le disait saint Vincent de Lerins, l'Eglise évolue dans une croissance homogène et elle est toujours fondée sur la tradition et se développe de façon à concevoir, à communiquer plus profondément les dogmes et les fondements de la foi », a ajouté le cardinal Bertone. « Je dirais qu'il est un grand pape du Concile Vatican II ».

Le secrétaire d'Etat s'est aussi arrêté sur les « priorités » du pontificat de Benoît XVI, dont « la plus grande » est « la nouvelle évangélisation ». Pour cela, « le pape met l'accent sur l'approfondissement » et s'emploie à exposer « les raisons de la foi » aux fidèles. « Il a dit une fois qu'il voulait être l'avocat des simples chrétiens. Leur donner les raisons, le bien-fondé de leur foi, afin qu'ils persévèrent dans la foi ».

Evoquant enfin le « style de pape qu'est Benoît XVI », son secrétaire d'Etat a expliqué qu'il est « le premier qui aime : qui aime l'Eglise, qui aime tous les fidèles de l'Eglise universelle. Le premier qui sert l'Eglise, qui donne sa vie à l'Eglise, jour et nuit, par son travail, par sa prière ». « Il est le premier, aussi, qui construit la communion dans l'Eglise », a-t-il ajouté.

Marine Soreau