Benoît XVI évoque l’importance « fondamentale » de Joseph dans l’histoire du salut

| 1320 clics

ROME, Dimanche 19 mars 2006 (ZENIT.org) – Benoît XVI a évoqué l’importance « fondamentale » de Joseph dans l’histoire du salut, avant la prière de l’angélus, ce dimanche, place Saint-Pierre, en présence de dizaine de milliers de fidèles.



Le 19 mars est en effet la date de la fête de saint Joseph, saint patron du pape Benoît XVI, mais le pape expliquait que, tombant un dimanche de carême, cette année, la solennité de saint Joseph est reportée par la conférence épiscopale italienne à demain, lundi 20 mars.

Benoît XVI a souligné l’importance « fondamentale » de saint Joseph dans l’histoire du salut, et que « l’époux de la Vierge Marie », et « patron de l’Eglise universelle » était particulièrement aimé du pape Jean-Paul II qui lui a consacré son exhortation apostolique « le gardien du rédempteur » (Redemptoris Custos). « Sûrement, disait le pape, il a fait l’expérience de son assistance à l’heure de la mort ».

Joseph Ratzinger, dont c’est donc la fête, affirmait que « la figure de ce grand saint, tout en restant plutôt cachée, revêt dans l’histoire du salut une importance fondamentale ».

Et d’expliquer: « Avant tout, appartenant à la tribu de Juda, il relia Jésus à la descendance davidique, si bien que, réalisant les promesses concernant le Messie, le Fils de la Vierge Marie peut vraiment être appelé « fils de David ».

Le pape citait en particulier l’évangile de saint Matthieu, qui « met en relief les prophéties messianiques qui trouvent leur accomplissement grâce au rôle de saint Joseph: la naissance de Jésus à Bethléem (2,1-6); son passage en Egypte, où la sainte famille s’était réfugiée (2,13-15); le surnom de « Nazaréen » (2,22-23) ».

« A l’instar de son épouse, Marie, il s’est montré en tout cela, un authentique héritier de la foi d’Abraham: foi dans le Dieu qui conduit les événements de l’histoire selon son mystérieux dessein de salut ».

« Sa grandeur, comme celle de Marie, insiste le pape, ressort d’autant plus parce que sa mission s’est accomplie dans l’humilité et la vie cachée de la maison de Nazareth ».

« Du reste, Dieu lui-même dans la Personne de son Fils incarné, a choisi cette voie et ce style dans son existence terrestre », soulignait Benoît XVI.

En français, le pape ajoutait après la prière de l’angélus: « Chers pèlerins de langue française, je vous salue cordialement. Alors que nous fêtons saint Joseph, à qui Dieu a confié la garde des mystères du salut, puisse-t-il aider toute l’Église et chacun de vous à vivre en conformité avec l’enseignement et l’exemple de Jésus, pour y trouver la liberté et la joie véritables! Que Dieu bénisse votre chemin vers Pâques! »