Benoît XVI exhorte à avoir « un cœur qui écoute »

Il remercie le père Enrico dal Covolo pour sa prédication des exercices de Carême

| 2587 clics

ROME, Lundi 1er Mars 2010 (ZENIT.org) - Un « cœur qui écoute » résume « toute la vision chrétienne de l'homme », a souligné Benoît XVI samedi 27 février, au terme des Exercices spirituels auxquels il a participé avec les membres de la Curie romaine.

Les méditations de cette année ont été proposées par le père Enrico dal Covolo, S.D.B., sur le thème « Leçons de Dieu et de l'Eglise sur la vocation sacerdotale ».

Dans son discours pour la conclusion des Exercices de Carême, le pape a avant tout remercié le père Enrico « pour la manière passionnante et très personnelle » avec laquelle il l'a guidé, avec les membres de la Curie, « sur le chemin vers le Christ, dans un chemin de renouvellement de notre sacerdoce ».

Le prêtre salésien, a rappelé le souverain pontife, a choisi « comme point de départ, comme fond toujours présent, comme point d'arrivée » la « prière de Salomon pour un cœur qui écoute ».

« Toute la vision chrétienne de l'homme est résumée » dans cet aspect, a souligné l'évêque de Rome.

« En soi, l'homme n'est pas parfait, l'homme a besoin de la relation, il est un être de relation. Ce n'est pas son cogito qui peut penser toute la réalité. Il a besoin d'écoute, de l'écoute de l'autre, surtout de l'Autre avec une majuscule, de Dieu. Ce n'est qu'ainsi qu'il se connaît, qu'il devient lui-même ».

Saint Luc, a-t-il ajouté, présente la Vierge Marie « comme une femme de cœur à l'écoute, qui est immergée dans la Parole de Dieu, qui écoute la Parole, la médite (synballein), l'entretien et la conserve, la garde dans son cœur ».

Les Pères de l'Eglise, en effet, disent qu'au « moment de la conception du Verbe éternel dans le sein de la Vierge Marie, l'Esprit Saint est entré en Marie par l'oreille ».

« Il a conçu la Parole éternelle dans l'écoute, il a donné sa chair à cette Parole. Et il nous dit ainsi ce que c'est que d'avoir un cœur à l'écoute ».

L'écoute, a souligné le pape, ne peut faire abstraction de la dimension communautaire.

« Dans notre ‘moi' isolé, nous ne pouvons réellement écouter la Parole : c'est seulement dans le ‘nous' de l'Eglise, dans le ‘nous' de la communion des saints », a-t-il expliqué.

Dans ce contexte, il a expliqué combien ces exercices de Carême l'ont aidé, avec les membres de la Curie, à redécouvrir « ce que veut dire être prêtre, devenir toujours plus prêtres ».

« La consécration va vers la mission, elle est destinée à devenir mission », a-t-il conclu. « Ainsi, c'est avec un nouveau courage que nous voulons maintenant aborder notre mission ».