Benoît XVI exhorte les jeunes à l'anticonformisme chrétien

Première catéchèse sur la profession de foi

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 1933 clics

Benoît XVI exhorte tous les baptisés et spécialement les jeunes à l’anticonformisme chrétien.

Le pape a en effet tenu l’audience générale du mercredi, ce 23 janvier 2013, en la salle Paul VI du Vatican, en présence de milliers de visiteurs, et il a médité sur la profession de foi du chrétien et les promesses du baptême.

« Croire en Dieu, a expliqué le pape, fait de nous des porteurs de valeurs qui, souvent, ne coïncident pas avec les modes et les opinions en vogue ; cela nous demande d’adopter des critères et d’assumer des comportements qui n’appartiennent pas à la manière de penser générale ».

Il invite à ne pas avoir peur : « Le chrétien ne doit pas avoir peur d’aller « à contre-courant » pour vivre sa foi, en résistant à la tentation de « se conformer ». »

Aux jeunes, le pape a dit en français : « Fiers de votre foi, n’ayez pas peur d’aller à contre-courant ! Résistez à la tentation du conformisme ! Apportez Dieu là où existent les idoles, l’égocentrisme et l’illusion de la toute-puissance de l’homme ».

Benoît XVI a souligné les deux dimensions de la foi comme « don de Dieu » et comme « responsabilité » de la liberté humaine : « La foi est un don de Dieu et un engagement personnel. Elle insère le chrétien dans le monde et dans l’histoire. »

Le pape se réfère à la grande figure du patriarche Abraham : « Dans la Bible, Abraham est la première grande figure de référence pour parler de la foi. Il obéit à Dieu qui l’appelle à tout quitter. Il part dans l’obscurité, sûr cependant de la promesse d’une nouvelle terre et d’une paternité, malgré la stérilité de sa femme ».

Le pape souligne ce regard profond d’Abraham sur la réalité, et qui est typique du regard de foi : « Abraham discerne au-delà des apparences le dessein de Dieu qui est bénédiction ».

Voilà donc la paternité d’Abraham : « C’est pourquoi, continue Benoît XVI, il est béni et il est le père des croyants : ceux qui acceptent de marcher à sa suite dans l’obéissance à l’appel de Dieu ».

Le pape actualise cet exemple pour la vie du baptisé : « Quand nous affirmons : « Je crois en Dieu », nous disons comme Abraham : « j’ai confiance en toi ; je m’abandonne à toi, Seigneur ». Dire « Je crois en Dieu » signifie aussi fonder ma vie sur Dieu, laisser sa Parole m’orienter ».

Il insiste sur la conversion du cœur que requiert l’adhésion de foi : « Avec le don de la foi reçu au baptême, c’est toute ma personne qui doit se convertir. La foi nous rend pèlerins sur la terre, des porteurs de valeurs qui ne coïncident pas souvent avec la mode ».

Mais cettte liberté du chrétien par rapport aux conformismes est source de plénitude, conclut le pape: « Je crois en Dieu », nous pousse à sortir de nous-mêmes comme Abraham, pour porter dans la réalité quotidienne la présence de Dieu qui ouvre à une plénitude de vie qui ne finira jamais ».