Benoît XVI invite à la « charité intellectuelle » pour « conjuguer foi et culture »

Catéchèse sur les Ordres mendiants nés au Moyen Age

| 1793 clics

ROME, Mercredi 13 janvier 2010 (ZENIT.org) - Le pape Benoît XVI invite à la « charité intellectuelle » pour « éclairer les intelligences et conjuguer la foi avec la culture ». Cela fait partie de la « nouvelle évangélisation ».

Benoît XVI a consacré sa catéchèse du mercredi aux Ordres mendiants nés au Moyen Age spécialement les disciples de saint François et saint Dominique.

Après avoir montré comment Franciscains et Dominicains ont relevé les défis de leur époque, le pape a ajouté qu'il « existe aujourd'hui aussi une 'charité de la et dans la vérité', une 'charité intellectuelle' à exercer, pour éclairer les intelligences et conjuguer la foi avec la culture ».

« L'histoire atteste, a résumé le pape en français, que les saints sont les vrais réformateurs de l'Eglise et ils ne lui ont jamais fait défaut. Il en fut ainsi au XIIIe siècle avec l'apparition des Ordres mendiants qui tirent leur nom du fait que leurs membres recourraient humblement au soutien économique de la population pour vivre le vœu de pauvreté et remplir leur mission. Leurs fondateurs, saint François d'Assise et saint Dominique surent interpréter avec intelligence «les signes des temps».

« Leur manière de vivre, a souligné le pape, permit de mettre fin progressivement au succès de divers mouvements ayant une doctrine incompatible avec la foi catholique. La qualité du témoignage des Ordres mendiants fut exemplaire ».

« D'abord, a insisté le pape, leurs membres devinrent des maîtres spirituels qui déployèrent une intense prédication en aidant les fidèles à nourrir et à approfondir leur vie de prière et de foi ».

Benoît XVI a relevé que leur rayonnement a pénétré toute la société, en particulier, grâce aux Tiers ordres franciscain et dominicain qui « ont favorisé l'émergence d'une 'sainteté laïque' ».

Le deuxième aspect que le pape met en valeur est qu'ils furent, aussi « des maîtres intellectuels car leur rayonnement s'étendit jusqu'au monde de l'université ».

Et d'expliquer : « Par la 'charité de l'intelligence', ils jouèrent un rôle essentiel dans le développement de la théologie scolastique et ils contribuèrent de façon notable au développement de la pensée occidentale. Avec ce renouveau spirituel, les Ordres mendiants offrirent au monde et à l'Eglise une nouvelle jeunesse ».

En italien, le pape a levé un instant les yeux de son texte préparé pour ajouter : « Les plus grands penseurs, saint Thomas d'Aquin et saint Bonaventure, étaient mendiants, œuvrant précisément avec ce dynamisme de la nouvelle évangélisation, qui a également renouvelé le courage de la pensée, du dialogue entre raison et foi ».

Et voici le vœu qu'il a formulé pour les francophones : « Je suis heureux de saluer les pèlerins francophones, en particulier ceux qui sont venus des Îles Wallis et Futuna. Prions avec ferveur pour que le Seigneur donne à son Eglise les saints qui la feront resplendir aux yeux des hommes pour les attirer au Christ. Bon pèlerinage à tous! »

Anita S. Bourdin