Benoît XVI invite à persévérer dans la non-prolifération nucléaire

Le pape reçoit le nouvel ambassadeur du Japon

| 1268 clics

ROME, Lundi 29 novembre 2010 (ZENIT.org) - Benoît XVI a insisté sur l'importance de persévérer dans les efforts pour la non-prolifération nucléaire en recevant au Vatican le nouvel ambassadeur du Japon près le Saint-Siège, Hidekazu Yamaguchi, à l'occasion de la présentation de ses lettres de créance, le 27 novembre.

Tout en invitant au désarmement, le pape a aussi proposé de réaffecter les « sommes allouées aux armes » à des « projets de développement économique et social, d'éducation et de santé ».

Dans son discours en français, Benoît XVI a rappelé le 65e anniversaire du bombardement atomique sur les populations de Hiroshima et de Nagasaki.

« Le souvenir de ce sombre épisode de l'histoire de l'humanité devient chaque année plus poignant, au fur et à mesure que disparaissent ceux qui ont été témoins d'une telle horreur », a-t-il affirmé. « Cette tragédie nous rappelle avec insistance combien il est nécessaire de persévérer dans les efforts en faveur de la non-prolifération des armes nucléaires et pour le désarmement ».

Benoît XVI a rappelé combien « l'arme nucléaire reste une source de préoccupation majeure ».

« Sa possession et le risque de son éventuel usage soulèvent des tensions et une méfiance dans un bon nombre de régions du monde », a-t-il ajouté en saluant le rôle du Japon dans la « recherche de solutions politiques qui permettent non seulement d'empêcher la prolifération d'armes nucléaires mais aussi d'éviter que la guerre ne soit considérée comme un moyen de résolution des conflits entre les nations et entre les peuples ».

Tout en évoquant le « souci d'un monde sans armes nucléaires », le pape a enfin proposé qu'une « part des sommes allouées aux armes » soient « réaffectée à des projets de développement économique et social, d'éducation et de santé ».

« Cela contribuerait sans aucun doute à la stabilité intérieure des pays et à celle entre les peuples (cf. Caritas in veritate, 29). Or, en ces temps d'instabilité des marchés et de l'emploi, la nécessité de trouver des financements sûrs de développement demeure une préoccupation constante ».

Le Japon : acteur de la scène internationale

Devant le nouvel ambassadeur du Japon près le Saint-Siège, le pape a enfin salué la « politique de coopération au développement » du gouvernement japonais, qu'il a invité à persévérer dans « les domaines qui touchent les plus pauvres et les plus faibles ».

« Le Japon a été un acteur important, sur la scène régionale et internationale et a contribué de manière significative à l'expansion de la paix, de la démocratie et des droits de l'homme en Extrême-Orient et bien au-delà, en particulier dans les pays du monde en voie de développement », a affirmé le pape.

Evoquant le respect de la liberté de conscience et de la liberté de culte depuis de nombreuses années au Japon, Benoît XVI s'est réjoui du fait que les membres de l'Eglise catholique soient « libres non seulement de s'engager dans la culture et la société japonaises, mais de jouer un rôle vivant et actif dans le Japon contemporain, en particulier à travers ses universités, ses écoles, ses hôpitaux et ses institutions caritatives, qu'elle met bien volontiers au service de toute la communauté ».

Le pape a enfin souhaité assurer le Japon - pays à majorité shintoïste (83,9 %) et bouddhiste (71,4 %) - de la haute considération en laquelle l'Eglise catholique porte le dialogue interreligieux, l'engageant fermement afin d'encourager la confiance mutuelle, la compréhension et l'amitié, dans l'intérêt de la famille humaine tout entière ».

Marine Soreau