Benoît XVI invite à vivre le jeûne comme une préparation à l’Eucharistie

| 2070 clics


ROME, Lundi 16 mars 2009 (ZENIT.org) - En cette période de Carême, Benoît XVI a rappelé les trois pratiques pénitentielles de la prière, de l'aumône et du jeûne, invitant à vivre le jeûne comme une « arme spirituelle » et une « préparation à l'Eucharistie ».

Le pape a reçu en audience les participants à l'assemblée plénière de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, le 13 mars.

Le Carême « constitue non seulement un chemin de plus intense apprentissage spirituel, mais aussi une préparation efficace pour célébrer au mieux » Pâques, a rappelé le pape en évoquant les « trois pratiques pénitentielles chères à la tradition biblique et chrétienne - la prière, l'aumône et le jeûne ».

« Encourageons-nous les uns les autres à redécouvrir et à vivre avec une ferveur renouvelée le jeûne, non seulement comme une pratique ascétique mais aussi comme une préparation à l'Eucharistie et comme une arme spirituelle pour lutter contre nos éventuels attachements désordonnés », a-t-il souligné. Benoît XVI a souhaité « que cette période intense de la vie liturgique nous aide à nous éloigner de tout ce qui distrait l'esprit et à intensifier ce qui nourrit l'âme, en l'ouvrant à l'amour de Dieu et du prochain ».

Devant les participants à la plénière qui s'est réunie sur le thème de l'adoration eucharistique, le pape a espéré qu'« une réflexion collégiale renouvelée sur une telle pratique puisse contribuer à mettre au clair (...) les moyens liturgiques et pastoraux par lesquels l'Eglise d'aujourd'hui peut encourager la foi dans la présence réelle du Seigneur dans la Sainte Eucharistie et assurer aux célébrations de la sainte messe toute la dimension de l'adoration ».

« Le concile Vatican II a mis en lumière le rôle singulier que le mystère eucharistique a dans la vie des fidèles », a-t-il ajouté, rappelant aux jeunes combien on vit, dans l'Eucharistie, la « transformation fondamentale de la violence en amour, de la mort en vie ».

Marine Soreau