Benoît XVI invite Malte à défendre le mariage et la famille

Cérémonie d’accueil à l’aéroport international de Luqa

| 1841 clics

ROME, Dimanche 18 Avril 2010 (ZENIT.org) - A son arrivée à l'aéroport maltais de Luqa, le 17 avril en fin d'après-midi, Benoît XVI a exhorté Malte et les Maltais à « défendre l'indissolubilité du mariage » et « la vraie nature de la famille ». Dans cette île où le divorce et l'interruption volontaire de grossesse ne sont pas autorisés, le pape a rappelé avec force le « caractère sacré de la vie humaine, de la conception à la mort naturelle ».

Benoît XVI a entamé son 14e voyage international à Malte. A son arrivée, il a été accueilli par le président de la République de Malte, George Abela et son épouse, et par une délégation civile et religieuse, dont faisait notamment partie l'archevêque de Malte et président de la Conférence épiscopale du pays, Mgr Paul Cremona.

La cérémonie d'accueil s'est déroulée sur le tarmac de l'aéroport où le pape a pris la parole après le discours de bienvenue du président maltais. « Je suis heureux d'être ici parmi vous ! », a-t-il lancé en maltais avant de souhaiter, en anglais, que sa visite, bien que brève, « porte beaucoup de fruits ».

Présent à Malte à l'occasion du 1950e anniversaire du naufrage de saint Paul sur l'île, le pape a rappelé que ce naufrage, que certains pourraient voir comme « un simple accident de l'histoire », était en fait « l'œuvre de la Divine Providence ». « Selon les desseins mystérieux de Dieu », a rappelé le pape, « l'Evangile fut apporté sur ces côtes par saint Paul et les premiers disciples du Christ ».

Dans son discours, Benoît XVI a exhorté Malte à « continuer à défendre l'indissolubilité du mariage, en tant qu'institution naturelle autant que sacramentelle, ainsi que la vraie nature de la famille, comme elle le fait déjà en défendant le caractère sacré de la vie humaine, de la conception à la mort naturelle, et le juste respect dû à la liberté religieuse, de façon qu'elle contribue à un authentique développement intégral aussi bien des individus que de la société ».

Avec force, le pape a aussi souligné combien Malte avait aujourd'hui « à offrir sur des questions aussi diverses que la tolérance, les échanges réciproques, l'immigration et d'autres problèmes cruciaux pour l'avenir de ce continent ».

« Lieu de grands événements » et « carrefour de nombreux échanges culturels », les îles maltaises ont joué « un rôle clé dans le développement politique, religieux et culturel de l'Europe, du Proche-Orient et de l'Afrique du Nord », a-t-il expliqué.

« Permettez-moi de vous encourager à user plus largement de cet ensemble d'aptitudes et d'atouts de façon à pouvoir servir de pont dans la compréhension entre les peuples, les cultures et les religions présentes autour de la Méditerranée », a-t-il ajouté en invitant Malte à « tendre la main de l'amitié à ses voisins du Nord et du Sud, de l'Est et de l'Ouest ».

A l'issue de la cérémonie d'accueil, le pape a quitté l'aéroport international de Luqa en papamobile, accompagné de Mgr Cremona et de son secrétaire particulier don Georg Gänswein, pour rejoindre le palais présidentiel de La Valette, capitale de Malte, où il a été reçu en privé par le président de la République. A son arrivée au palais présidentiel, Benoît XVI a été accueilli par les chants de quelque 5000 jeunes des écoles catholiques de Malte, qu'il a salué à l'issue de l'entretien avec le président, de la fenêtre du Palais présidentiel. En musique, les écoliers ont souhaité un ‘bon anniversaire' au pape qui fêtait son 83e anniversaire la veille.

Marine Soreau