Benoît XVI plaide pour la paix en Syrie - Angélus, 16 septembre 2012

Appel du pape à la Communauté internationale et aux pays arabes

| 885 clics

ROME, dimanche 16 septembre 2012 (ZENIT.org) – Benoît XVI en appelle à la Communauté internationale pour que cesse le « bruit des armes » en Syrie et au Moyen-Orient il en appelle aussi aux pays arabes « afin qu’en frères, ils proposent des solutions viables qui respectent la dignité de chaque personne humaine, ses droits et sa religion ! »

« Qui veut construire la paix doit cesser de voir dans l’autre un mal à éliminer », insiste le pape qui place toute la région sous la protection maternelle de la Vierge Marie, en priant : « Puisse Dieu concéder à votre pays, à la Syrie et au Moyen-Orient le don de la paix des cœurs, le silence des armes et l’arrêt de toute violence ! » la guerre civile a déjà fait des dizaines de millliers de morts.

Au terme de la messe de ce dimanche, à Beyrouth, sur le front de mer, le pape a en effet introduit la prière mariale de l’angélus par cet appel.

Allocution de Benoît XVI :


Chers Frères et Sœurs, 
tournons-nous maintenant vers Marie, Notre-Dame du Liban, autour de laquelle se retrouvent les chrétiens et les musulmans. Demandons-lui d’intercéder auprès de son divin Fils pour vous et, plus particulièrement, pour les habitants de la Syrie et des pays voisins implorant le don de la paix.

Vous connaissez bien la tragédie des conflits et de la violence qui génère tant de souffrances. Malheureusement, le bruit des armes continue de se faire entendre, ainsi que le cri des veuves et des orphelins ! La violence et la haine envahissent les vies, et les femmes et les enfants en sont les premières victimes. Pourquoi tant d’horreurs ? Pourquoi tant de morts ?

J’en appelle à la communauté internationale ! J’en appelle aux pays arabes afin qu’en frères, ils proposent des solutions viables qui respectent la dignité de chaque personne humaine, ses droits et sa religion ! Qui veut construire la paix doit cesser de voir dans l’autre un mal à éliminer. Il n’est pas facile de voir dans l’autre une personne à respecter et à aimer, et pourtant il le faut, si on désire construire la paix, si on veut la fraternité (cf.1 Jn 2, 10-11 ; 1 P 3, 8-12).

Puisse Dieu concéder à votre pays, à la Syrie et au Moyen-Orient le don de la paix des cœurs, le silence des armes et l’arrêt de toute violence ! Puissent les hommes comprendre qu’ils sont tous frères ! Marie, qui est notre Mère, comprend notre souci et nos besoins.

Avec les Patriarches et les Évêques présents, je place le Moyen-Orient sous sa protection maternelle (cf. Prop. 44). Puissions-nous, avec l’aide de Dieu, nous convertir pour travailler avec ardeur à l’établissement de la paix nécessaire pour une vie harmonieuse entre frères, quelles que soient les origines et les convictions religieuses! 
Maintenant prions : Angelus Domini nuntiavit Marie ...

© Libreria Editrice Vaticana