Benoît XVI prend congé des jeunes en rappelant une promesse de mariage

Celle de Dieu à Marie à l’Annonciation

| 1296 clics

ROME, Dimanche 20 juillet 2008 (ZENIT.org) - Au moment de prendre congé des jeunes à Sydney, le pape Benoît XVI leur a rappelé une promesse de mariage : celle de Dieu à la Vierge, à travers l'Ange Gabriel, à l'Annonciation. Une promesse à laquelle Marie a répondu « oui » au non de tout le genre humain.

Quelque 400.000 personnes étaient venues participer à la messe de clôture des JMJ sur l'hippodrome de Randwick. C'est après avoir salué les jeunes en différentes langues que le pape a proposé sa méditation sur Marie, dans le cadre de la traditionnelle prière dominicale de l'Angélus.

Marie est présentée comme « une jeune femme s'entretenant avec l'ange qui l'invite, au nom de Dieu, à un don particulier d'elle-même, de sa propre vie, de son avenir de femme et de mère ».

« Nous pouvons imaginer ce que Marie ressentit à ce moment-là : étant toute bouleversée, totalement dépassée par la proposition qui lui était faite », a commenté le pape.

« Sois sans crainte, Marie, a-t-il poursuivi en rappelant les paroles de l'ange qui tentait de la rassurer. (...) l'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre » (Lc 1, 30, 35).

« C'est l'Esprit Saint qui lui a donné la force et le courage de répondre à l'appel du Seigneur. C'est l'Esprit qui l'aide à comprendre le grand mystère qui est en train de s'accomplir à travers elle. C'est l'Esprit qui l'enveloppe de son amour et la rend capable de concevoir dans ses entrailles le Fils de Dieu », a expliqué Benoît XVI.

Comme un temps de fiançailles

Pour le pape, la scène de l'Annonciation « constitue sans aucun doute le moment central de l'histoire de la relation de Dieu avec son peuple ».

« Dans l'Ancien Testament, Dieu s'était révélé de façon partielle et de manière graduelle, comme nous le faisons tous dans nos relations personnelles. Il fallait un certain temps au peuple élu pour approfondir sa relation avec Dieu », a-t-il expliqué.

« L'Alliance avec Israël a été comme un temps de séduction, de longues fiançailles. Le moment définitif arriva donc, le moment du mariage, la réalisation de la nouvelle et éternelle alliance. À ce moment-là, devant le Seigneur, Marie représente toute l'humanité. Dans le message de l'ange, c'était Dieu qui faisait une proposition de mariage avec l'humanité. Et, en notre nom, Marie dit son ‘oui' », a-t-il poursuivi.

Le pape a invité les jeunes à « rester fidèles au ‘oui' par lequel nous avons accueilli l'offre d'amitié que le Seigneur nous a faite ».

« Nous savons qu'Il ne nous abandonnera jamais. Nous savons qu'Il nous soutiendra toujours par les dons de l'Esprit. Marie a accueilli la ‘proposition' du Seigneur en notre nom », a-t-il dit.

Le pape a invité les jeunes à demander à Marie de les « guider dans les difficultés pour rester fidèles à cette relation vitale que Dieu a établie avec chacun de nous. Marie nous inspire, elle est notre modèle. Elle intercède pour nous auprès de son Fils et, avec son amour maternel, elle nous protège des dangers ».

Jesús Colina