Benoît XVI prie pour les pays en guerre

Il évoque la Terre Sainte, le Liban, l’Irak, le Sri Lanka, le Darfour

| 1541 clics

ROME, Lundi 25 décembre 2006 (ZENIT.org) – Dans son message de Noël, Benoît XVI a lancé un nouvel appel à la paix au Moyen-Orient, spécialement entre Israéliens et Palestiniens, ainsi qu’au Liban et en Irak.



« Avec une forte appréhension, je pense, en ce jour de fête, à la région du Moyen-Orient, marquée par d’innombrables et graves crises et conflits », a-t-il déclaré, de la loggia des bénédictions, en présence de plusieurs dizaines de milliers de fidèles rassemblés place Saint-Pierre.

« Je souhaite qu’elle s’ouvre à des perspectives de paix juste et durable, dans le respect des droits inaliénables des peuples qui la composent », a-t-il ajouté.

« Je mets entre les mains de l’Enfant divin de Bethléem les signaux de reprise du dialogue entre Israéliens et Palestiniens, dont nous avons été témoins ces jours-ci, et l’espérance d’autres développements réconfortants », a poursuivi le pape.

« J’ai confiance que, après tant de victimes, de destructions et d’incertitudes, survive et progresse un Liban démocratique, ouvert aux autres, dans le dialogue entre les cultures et entre les religions », a-t-il affirmé.

Benoît XVI a par ailleurs lancé un appel « à tous ceux qui ont entre les mains les destinées de l’Irak, pour que cesse la violence atroce qui ensanglante le pays et que soit assurée à chacun de ses habitants une existence normale », avant de mentionner les conflits qui sévissent en Asie et en Afrique.

Il a en particulier demandé « qu’au Sri Lanka soit écouté, dans les zones en conflit, le désir des populations d’avoir un avenir de fraternité et de solidarité ».

Le pape a également prié pour le Soudan, en particulier le Darfour afin que « soit mis fin aux conflits fratricides et que soient rapidement cicatrisées les blessures ouvertes dans la chair de ce Continent, et que se consolident les processus de réconciliation, de démocratie et de développement. ».

« Que l’Enfant divin, Prince de la paix, permette que s’éteignent les foyers de tension qui rendent incertain l’avenir d’autres parties du monde, en Europe comme en Amérique latine », a conclu le pape.

Après avoir lu son message de Noël en italien, le pape a souhaité un joyeux Noël aux fidèles à travers le monde, en 62 langues, dont l’arabe et l’hébreu.