Benoît XVI propose aux jeunes l’exemple de saint Vincent de Paul

Salutations lors de l’audience générale

| 916 clics

ROME, Mercredi 27 septembre 2006 (ZENIT.org) – Benoît XVI a proposé aux jeunes l’exemple de la charité de saint Vincent de Paul, lors de l’audience générale de ce mercredi, place Saint-Pierre.



C’est en effet aujourd’hui le jour anniversaire de la mort du saint français et de sa fête liturgique.

S’adressant aux jeunes, aux malades et aux jeunes mariés, en italien , à la fin de l’audience, le pape disait : « Que l’exemple de la charité de saint Vincent de Paul, dont nous faisons aujourd’hui mémoire, vous pousse, chers jeunes, à mettre en œuvre des projets d’avenir dans un service du prochain joyeux et désintéressé ».

« Qu’il vous aide, chers malades, à faire face à la souffrance comme une vocation particulière à l’amour », ajoutait le pape.

« Qu’il vous incite, chers jeunes mariés, à construire une famille toujours ouverte au don de la vie et aux pauvres », a conclu le pape.

Saint Vincent de Paul est né en France, dans les Landes, au village de Pouy, près de Dax, en 1581 – et il est mort le 27 septembre 1660. Il a été canonisé par le pape Clément XII le 16 juin 1737.

Vincent de Paul a partagé dès son enfance les conditions d'existence des plus démunis. Ordonné prêtre en 1600, après avoir étudié à Dax et à Toulouse, il sera capturé en 1605 par des pirates en se rendant de Marseille à Narbonne. Il s'évadera de Tunis à l'issue de deux années d'emprisonnement, puis deviendra prêtre de paroisse et précepteur dans la famille d'Emmanuel de Gondi.

Il réunira au mois d'août 1617 des dames aisées de Châtillon les Dombes (Châtillon-sur-Chalaronne), au sein des "Charités", pour secourir les malades sans ressources.

Nommé aumônier général des galères en 1619, il portera secours aux esclaves. Il deviendra le supérieur du premier monastère parisien de l'ordre de la Visitation Sainte-Marie après la mort de Saint François de Sales, en 1622.

Grâce au soutien financier de madame de Gondi, Vincent établira une mission auprès des paysans de ses domaines, le 17 avril 1625. Une congrégation de prêtres exerçant leur apostolat en milieu rural sera établie à Paris en 1625, au Collège des Bons-Enfants, dont Vincent sera le supérieur, la « Congrégation de la Mission » (CM). Ses membres recevront le nom de « Lazaristes » lorsqu'elle s'installera dans l'ancien prieuré Saint-Lazare à Paris, en 1632. Les premiers Lazaristes seront envoyés à Madagascar en 1648.

En 1634, il fondera avec sainte Louise de Marillac (1591-1660), les « Filles de la Charité », aujourd’hui une Société de vie apostolique, dont les membres sont appelées aussi les « Soeurs de Saint-Vincent-de-Paul ». Cette institution sera à l'origine de l'hôpital des Enfants-Trouvés de Paris.

Vincent de Paul, avait aussi le souci de la formation des prêtres, et pour eux il inventera le premier « séminaire » de la Mission.

Vincent organisera également des collectes à Paris pour porter secours aux victimes des guerres de Religion. Il prêchera pour la modération à l'égard des protestants, puis s'opposera au jansénisme.

La châsse où repose le corps de saint Vincent de Paul se trouve en l’église des Lazaristes, à Paris, rue de Sèvres. Elle est accessible par un escalier situé sur les bas-côtés de l'autel. On peut y faire un pèlerinage virtuel grâce à une photo déroulante à l’adresse des voyageurs : http://www.insecula.com/salle/panorama_MS01961.html.

Mais son coeur se trouve dans la chapelle des Filles de la Charité, non loin de là, rue du Bac, dans la fameuse « Chapelle de la Médaille miraculeuse », où reposent sainte Louise de Marillac et sainte Catherine Labouré. On peut déposer une intention de prière sur le site en ligne de la chapelle (http://www.chapellenotredamedelamedaillemiraculeuse.com/FR/a.asp).