Benoît XVI propose saint Albert Le Grand en exemple aux jeunes

Un artisan de paix du XIIIe s.

| 1315 clics

ROME, Mercredi 15 novembre 2006 (ZENIT.org) – Saluant les jeunes, les malades et les jeunes mariés à la fin de l’audience générale, le pape Benoît XVI leur a offert le modèle du saint dominicain, Albert le Grand, qui s’est sans cesse efforcé, disait le pape, « d’établir la paix entre les peuples de son époque ». Le grand théologien a été évêque de Ratisbonne.



« Que son exemple vous stimule, chers jeunes, disait le pape, à être ouvriers et de justice et des artisans de réconciliation. Qu’ils soit pour vous, chers malades, un encouragement à avoir confiance dans le Seigneur, qui ne nous abandonne jamais au moment de l’épreuve. Qu’il soit pour vous, chers jeunes mariés, un stimulant pour trouver dans l’Evangile la joie d’accueillir et de servir généreusement la vie, don incommensurable de Dieu ».

Rappelons que saint Albert le Grand est né en Allemagne entre 1193 et 1206, aux environs d'Augsbourg, de parents fortunés. Doué dès l’enfance pour les études, il abandonna la tradition familiale chevaleresque et partit étudier à l'université de Padoue.

A 30 ans, il supplia la Vierge Marie de lui indiquer sa vocation et entendit cette réponse intérieure: « Quitte le monde et entre dans l'Ordre de Saint-Dominique ».

Non sans susciter des résistances chez les siens, il entra ainsi au noviciat des Dominicains.

Devenu docteur en théologie, il fut envoyé à Cologne, où il attira de nombreux disciples, dont un géant : saint Thomas d'Aquin.

De Cologne, il fut appelé à l'Université de Paris, où il partit avec saint Thomas et où il rédigea de nombreux ouvrages.

Puis il fut élu provincial de son Ordre en Allemagne. Il voyagea alors sans argent et à pied pour visiter les nombreux monastères soumis à sa juridiction.

A 67 ans, le pape lui demanda d’accepter la responsabilité d’évêque de Ratisbonne, où il traversa de rudes épreuves.

Il est mort le 15 novembre 1280. Il fut enseveli à Cologne dans l'église des Dominicains.

Il laissait 21 volumes in-folio d’œuvres concernant les sciences, la philosophie et la théologie.

Il a été canonisé le 16 décembre 1931, par le pape Pie XI qui le proclama docteur de l'Église.