Benoît XVI rappelle l'importance de la « voix morale » du Saint-Siège

Le pape reçoit le nouvel ambassadeur des Pays-Bas près le Saint-Siège

| 1546 clics

ROME, vendredi 21 octobre 2011 (ZENIT.org) – Benoît XVI a rappelé « l’influence considérable » que la voix morale du Saint-Siège exerce sur le monde, en recevant ce vendredi au Vatican le nouvel ambassadeur des Pays-Bas près le Saint-Siège, Joseph Weterings, venu présenter ses lettres de créance.


« Les rapports bilatéraux entre un Etat-nation et le Saint-Siège sont clairement d’un caractère différent entre ceux d’Etats-Nations. Le Saint-Siège n’est pas une puissance économique ou militaire », a tout d’abord expliqué le pape.


« Toutefois, sa voix morale exerce une influence considérable sur le monde ». Parmi les raisons, le pape évoque « le fait que la position morale du Saint-Siège n’est pas touchée par les intérêts politiques ou économiques d’un Etat-nation ni par les intérêts électoraux d’un parti politique ».


« Sa contribution à la diplomatie internationale consiste surtout dans le fait d’articuler les principes éthiques qui devraient sous-tendre l’ordre social et politique, attirer l’attention sur la nécessité d’agir pour assainir les violations de ces principes. Il le fait, évidemment, du point de vue de la foi chrétienne », a précisé le pape.


Ainsi, a poursuivi Benoît XVI, « le dialogue diplomatique dans lequel le Saint-Siège s’engage n’est conduit sur un terrain ni confessionnel ni pragmatique, mais sur la base de principes universellement applicables qui sont aussi réels que les éléments physiques de l’environnement naturel ».


« L’Eglise cherche toujours à promouvoir la justice naturelle comme il est de son devoir et de son droit de le faire », a-t-il encore expliqué : « Tout en reconnaissant avec humilité que ses membres ne sont pas toujours à la hauteur des hauts critères moraux qu’elle propose, l’Eglise ne peut que continuer à exhorter tout le monde, y compris ses membres, à chercher à faire toute chose en accord avec la justice et la juste raison et à s’opposer à tout ce qui lui est contraire ».


Le pape a également évoqué des « intérêts communs » entre le Saint-Siège et le royaume des Pays-Bas citant « la promotion d’une paix globale à travers une juste résolution des conflits », l’opposition « à la prolifération des armes de destruction massive », la promotion « du développement et de l’autosuffisance dans les pays émergents », la défense de la dignité humaine.


Il a salué l’intention du gouvernement hollandais de promouvoir la liberté religieuse, faisant observer que « la liberté religieuse est menacée non seulement par des limites légales dans certains pays du monde mais aussi par une mentalité anti-religieuse dans de nombreuses sociétés, y compris dans celles où elle jouit de la protection de la loi ». Et d’ajouter : « Il est donc souhaitable que votre gouvernement soit vigilant à ce que la liberté de religion et celle de culte continuent à être protégées et encouragées dans votre pays comme à l’étranger ».


Benoît XVI a enfin salué les pas accomplis par le gouvernement hollandais « pour décourager l’abus de substances de stupéfiants et la prostitution ».


Le nouvel ambassadeur des Pays-Bas près le Saint-Siège, Joseph Weterings, est né en 1949. Il débute une carrière diplomatique en 1977. Il a notamment rempli les charges de conseiller d’ambassade à Oslo (1996-2000); chef du département pour l’Amérique du Sud et l’Amérique centrale (2000-2003); ambassadeur à Tripoli (2003-2006); ambassadeur à Harare (2006-2010); consul général à Miami (2010-2011).


Marine Soreau