Benoît XVI rappelle les enfants Roms morts dans un incendie en Italie

Angélus du dimanche 13 février

| 993 clics

ROME, Dimanche 13 février 2011 (ZENIT.org) - Une société « plus solidaire et fraternelle » et donc « plus chrétienne » aurait peut-être permis d'éviter la mort « tragique » de quatre enfants Roms dans l'incendie d'un camp situé près de Rome, le 6 février dernier, a affirmé Benoît XVI, ce dimanche, au cours de la prière de l'Angélus. 

De la fenêtre de ses appartements, le pape est revenu sur l'Evangile de ce dimanche où « Jésus proclame la loi nouvelle ». A travers une « série d'antithèses », Jésus repropose les commandements, a affirmé le pape, et propose une « nouveauté » : celle de remplir « lui-même les commandements par l'amour de Dieu, par la force de l'Esprit-Saint qui habite en Lui ».

« Et nous, à travers la foi dans le Christ, nous pouvons nous ouvrir à l'action de l'Esprit Saint qui nous rend capable de vivre l'amour divin. C'est pourquoi chaque précepte devient vrai comme exigence d'amour, et tous se rejoignent en un seul commandement : aime Dieu de tout ton cœur et aime ton prochain comme toi-même », a-t-il ajouté. 

« Face à cette exigence, par exemple, le triste cas des quatre enfants Roms, morts la semaine dernière à la périphérie de cette ville, dans l'incendie de leur baraquement, nous oblige à nous demander si une société plus solidaire et fraternelle, plus cohérente dans l'amour, c'est-à-dire plus chrétienne, n'aurait pas pu éviter cet événement tragique », a affirmé Benoît XVI. 

« Et cette question vaut pour toutes les autres circonstances douloureuses, plus ou moins connues, qui se produisent quotidiennement dans nos villes et dans nos pays ». 

Ces quatre enfants - Raul, Fernando, Sabatino et Patrizia - avaient respectivement 3, 5, 7 et 11 ans. Ils sont morts dans l'incendie de baraquements - plusieurs fois démantelés - sur la Via Appia.      

Marine Soreau