Benoît XVI reçoit Ingrid Betancourt et sa famille

Une « émotion profonde »

| 2171 clics

ROME, Lundi 1er septembre 2008 (ZENIT.org) - Benoît XVI a reçu Ingrid Betancourt et sa famille, ce lundi matin, commme la Franco-colombienne en avait exprimé le désir le jour de sa libération, le 2 juillet dernier et comme le Vatican l'avait annoncé (cf. Zenit des 3 juillet, 6 juillet et 25 août 2008) : une rencontre à l'enseigne d'une « émotion profonde ».

L'ancienne candidate à l'élection présidentielle en Colombie a exprimé sa « gratitude » et son « affection » au pape Benoît XVI, qui avait lancé différents appels à la libération des otages en Colombie et notamment d'Ingrid Betancourt, qui était prisonnière de la guerilla marxiste depuis février 2002. Nous l'avions rappelé à l'occasion de la visite de la mère d'Ingrid Betancourt, Mme Yolanda Pulecio, au Vatican, en février dernier  (cf. Zenit 7 février 2008).

Ingrid Betancourt s'est en effet rendue au palais apostolique de Castel Gandolfo, accompagnée de sa mère, sa sœur Astrid, les deux enfants de celle-ci, et un cousin. Elle a ensuite rejoint le siège de la Province de Rome, non loin de la place de Venise.

La voix du pape dans la jungle

Dans la rencontre avec les journalistes qu'elle a tenue à Rome, Ingrid Betancourt a confié elle-même qu'elle avait ainsi réalisé son « rêve » : « Ce fut une expérience extraordinaire. En le rencontrant, j'ai réalisé un rêve, [le pape] a écouté le récit de ma captivité ».

Quant à son émotion et à sa spontanéité, elle les décrit ainsi : « J'étais préoccupée par le protocole mais si émue qu'à mon arrivée je n'ai pas pu m'empêcher de l'embrasser ». Portant une mantille noire, elle a embrassé les mains du pape.

« Je lui ai dit qu'après une journée où nous avions fait une marche très difficile, angoissée et désespérée, j'ai mis la radio et j'ai entendu sa voix, qui prononçait mon nom », a-t-elle raconté.

On ne mesure pas, disait-elle, « l'impact psychologique » sur un prisonnier qui se rend compte que « le monde de l'a pas oublié » : « La voix du pape a été une lumière et depuis ma libération je voulais le voir et l'embrasser ».

« Le pape porte en lui la douleur de ceux qui souffrent dans leur âme, a-t-elle ajouté, celle de mes compagnons prisonniers en Colombie et je sais qu'il prie pour eux et pour la paix dans le pays ».

La visite de Yolanda Pulecio

Le directeur de la salle de presse du Saint-Siège et de Radio Vatican, le P. Federico Lombardi, a décrit le climat de « très grande émotion » qui a caractérisé cette rencontre en précisant : « Ingrid désirait très vivement cette rencontre avec le Saint-Père, comme elle l'avait dit dès le premier moment de sa libération. Et cela parce que son temps de captivité a été pour elle un temps de très grande expérience spirituelle, de prière, et elle avait donc le très vif désir de confier au Saint-Père l'importance que la foi a eu  pour la soutenir en cette période d'épreuve si difficile ».

« Et elle voulait aussi le remercier, a-t-il ajouté, pour sa proximité, pour les différents signes par lesquels le pape avait manifesté sa pensée et son soutien spirituel pour tous les otages et en particulier, naturellement aussi pour elle ».

« Rappelons aussi que la mère d'Ingrid avait été reçue par le Saint-Père au cours d'une audience générale, a précisé le P. Lombardi : elle avait reçu des paroles de réconfort, dont Ingrid prisonnière, avait été informée, grâce à la radio, et cela l'avait frappée très profondément. Cette rencontre vient donc en quelque sorte sceller une expérience certes de souffrance, mais aussi de grande intensité spirituelle ».

Le jour de la libération

A son arrivée sur le tarmac de la base militaire colombienne de Catam, mercredi 2 juillet, Ingrid Betancourt avait eu un geste significatif et silencieux, avant même d'avoir un micro pour parler : le signe de la croix.

Autre geste significatif : elle a d'abord voulu s'agenouiller pour prier, avec sa mère, agenouillée à sa droite, et quelques autres personnes, dont des compagnons de captivité. L'aumônier militaire a guidé la prière.

Elle a aussi montré à sa mère le rosaire enroulé autour de son poignet gauche. Et lorsque la conférence de presse allait commencer, elle a dit au micro qu'elle voulait d'abord remercier Dieu de sa libération en disant : « Il faut surtout que vous vous joignez à moi pour remercier Dieu d'être libre, parce que j'ai beaucoup prié (...) ».

Tout en remerciant ses libérateurs, elle avait ajouté : « Dieu nous a fait ce miracle, ceci est un miracle ».

La foi vécue dans l'enfer de la jungle

Dans la plaquette « Lettres à maman par-delà l'enfer » (Ed. du Seuil, janvier 2008) qui publie sa lettre de captivité du 24 octobre 2007, elle écrit notamment : « Je recommande mes enfants à Dieu afin que la foi les accompagne toujours et qu'ils ne s'écartent jamais de lui ».

A sa mère, qui lui adresse des messages quotidiens grâce à la radio, elle écrit : « Tous les jours, je me lève en remerciant Dieu de t'avoir. Tous les jours, j'ouvre les yeux à 4 heures et je me prépare, afin d'être bien réveillée lorsque j'écouterai les messages de l'émission « La Carrilera de las 5 ».

« Entendre ta voix, ajoute-t-elle, sentir ton amour, ta confiance, ton engagement à ne pas me laisser seule, c'est mon espoir quotidien. Tous les jours, je demande à Dieu de te bénir, de te protéger, et de me permettre de pouvoir un jour tout te rendre, te traiter comme une reine à mes côtés, parce que je ne supporte pas l'idée d'être à nouveau séparée de toi ».

Elle dit aussi son espérance : « Je me nourris chaque jour de l'espoir d'être ensemble, et nous verrons comment Dieu nous montrera la voie, mais la première chose que je veux te dire, c'est que, sans toi, je n'aurais pas tenu jusque là ».

Elle dit aussi sa prière pour « Pinchao », John Frank Pionchao, un policier colombien, ancien otage des FARC pendant presque 9 ans, qui a réussi à s'évader en mai 2007 : il marchera 17 jours dans la jungle sans se faire reprendre. Il a passé trois de ses années de captivité avec Ingrid Betancourt. « Dis-lui, écrit-elle à sa mère, combien je l'aime et que j'ai prié Dieu pour qu'il survive à son exploit ».

Aux stations de radio qu'elle réussit à capter, elle adresse ce message : « Que Dieu nous donne un jour la possibilité de nous embrasser et de leur rendre une partie de l'énergie que leur voix a inoculée dans nos cœurs, chaque jour de chaque mois de chaque année de cette terrible captivité ».

Et lorsque, sur la tarmac de Catam, un journaliste se présente comme de l'une de ces radios, « Caracol Radio », elle laisse le micro, s'avance vers lui, le serre longuement dans ses bras en guise de remerciement.

Dans cette même lettre, elle tient à envoyer « un salut fraternel à monseigneur Castro et au Père Echeverry (...). Ils se sont toujours battus pour nous. Ils ont toujours pris la parole quand le silence et l'oubli nous recouvraient plus que la jungle même ».

Une issue fatale était cependant envisagée comme une possibilité par Ingrid Betancourt, sans pour autant entamer sa foi dans la bonté de Dieu. Elle écrit, toujours à propos de ces deux prêtres : « Que Dieu les guide afin que très vite nous puissions parler de tout cela au passé. Et sinon, si Dieu en décide autrement, nous nous retrouverons au ciel et nous le remercierons pour son infinie miséricorde ». Dans sa captivité, Ingrid Betancourt avait aussi une Bible.

Dès qu'elle l'a pu, Ingrid s'est également rendue au Sacré-Cœur, à Montmartre à Paris : c'est son père, la dernière fois qu'elle l'a vu qui l'a confiée au Cœur du Christ. Et elle a découvert la signification de cette dévotion à l'amour du Cœur du  Christ lors du mois du Sacré Cœur, en juin dernier, toujours grâce à la radio.

Ensuite, elle a voulu faire le pèlerinage de Lourdes, en cette année jubilaire : une promesse qu'avait également fait sa mère (cf. Zenit du 10 juillet 2008).

Mardi 2 septembre, Mme Betancourt devrait se rendre au palais présidentiel du Quirinal, pour rencontrer le président de la République italienne, M. Giorgio Napolitano.

Elle sera ensuite reçue par le maire de Rome, M. Gianni Alemanno, au Capitole. Rome a été l'une des premières villes d'Italie à accorder la citoyenneté honoraire à Ingrid Betancourt.

La visite se conclura le mercredi 3 septembre par une visite à Florence, pour recevoir la citoyenneté d'honneur et le Lys d'Or, symbole de la ville : trois fleurs de lys d'or ornent le blason de la ville.

Anita S. Bourdin