Benoît XVI recommande de veiller à la « sécurité alimentaire »

Le pape évoque S. Antoine du Désert, protecteur des troupeaux

| 1707 clics

ROME, Mercredi 16 janvier 2008 (ZENIT.org) - Benoît XVI recommande aux éleveurs italiens de veiller à la sauvegarde de « l'environnement » et à la « sécurité alimentaire ».

Le pape a également cité l'exemple de saint Antoine Abbé aux éleveurs italiens dont la fédération était représentée à l'audience.

Benoît XVI a souligné l'importance de leur travail « pour l'économie du pays » et les a exhortés « à travailler toujours plus dans le respect de l'environnement et en faveur de la sécurité alimentaire des citoyens ».

« Que la fête liturgique de votre saint patron, saint Antoine abbé, suscite en vous le désir d'adhérer au Christ avec une générosité croissante et de témoigner avec joie de son Evangile », exhortait Benoît XVI.

En Italie en effet, saint Antoine abbé est invoqué comme saint protecteur des troupeaux et des animaux domestiques.

Benoît XVI a également recommandé aux jeunes, aux malades et aux jeunes mariés, l'exemple de saint Antoine dont c'est le 17 janvier la mémoire liturgique.

Le pape a en effet souligné à la fin de l'audience : « Que l'exemple de saint Antoine Abbé, insigne père du monachisme qui a beaucoup travaillé pour l'Eglise, en soutenant les martyrs dans la persécution, vous encourage, chers jeunes, à rechercher constamment le Christ, et à le suivre fidèlement ; qu'il vous réconforte, chers malades, pour que vous supportiez vos souffrances avec patience et que vous les offriez pour que le Royaume de Dieu se répande dans le monde entier ; et qu'il vous aide, chers jeunes mariés, à être les témoins de l'amour du Christ dans votre vie de famille ».

Mais le pape a également recommandé l'exemple de saint Antoine du Désert, premier Père des Solitaires d'Égypte (251-356) aux Polonais, en leur disant : « Tout jeune encore, mais mûr dans la foi, il distribua tous ses biens aux pauvres. Il voua toute sa vie à l'ascèse et à la pénitence. On l'appelait ami de Dieu. Saint Augustin admirait sa foi. Puissions-nous, poussés par son exemple, secourir les pauvres et les nécessiteux ! »

D'aucuns pensent qu'au moyen âge le saint ermite devint le protecteur du bétail, du fait que dans son désert de Haute-Egypte, il savait imposer sa volonté aux animaux sauvages, aux prédateurs.

D'autres pensent que cette tradition vient des Hospitaliers de saint Antoine, qui accueillaient les pèlerins au sanctuaire de La Motte, conservant des reliques du saint. Pour nourrir les malades et les visiteurs, ils élevaient des cochons, en liberté, une clochette au cou. Les pèlerins prirent l'habitude emporter des clochettes pour protéger aussi leurs animaux.

Anita S. Bourdin