Benoît XVI recommande « la constance de donner du temps à Dieu »

Audience à Castel Gandolfo

| 1553 clics

ROME, Mercredi 17 août 2011 (ZENIT.org)– « Donner du temps à Dieu », c’est ce que Benoît XVI demande aux catholiques en ce 17 août où il a tenu l’audience générale du mercredi à Castel Gandolfo. Le pape a poursuivi ses catéchèses hebdomadaires sur la prière.

« Laconstance de donner du temps à Dieu est un élément fondamental pour la croissance spirituelle », a affirmé le pape.

Le goût de la prière

Il a souligné que le « goût » de la prière est donné par Dieu lui-même : « Ce sera le Seigneur lui-même qui nous donnera le goût de ses mystères, de ses paroles, de sa présence et de son action, de sentir comme cela est beau lorsque Dieu parle avec nous ».

Pour le pape, la prière est aussi le lieu où Dieu communique aux baptisés sa volonté, qui est un chemin pour être « heureux » : « Cela nous fera comprendre de façon plus profonde ce qu’il veut de moi. A la fin, tel est précisément l’objectif de la méditation : nous remettre toujours plus entre les mains de Dieu, avec confiance et amour, certains que ce n’est qu’en faisant sa volonté que nous sommes à la fin véritablement heureux. »

« Nous pouvons tous arriver au Paradis », a d’abord affirmé le pape en évoquant la fête de l’Assomption que l’Eglise a fêtée lundi, 15 août.

Vers le Paradis

Puis il a ajouté : « La question est de savoir comment. Marie y est arrivée ; Elle est — nous dit l’Evangile — « Celle qui a cru en l'accomplissement de ce qui lui a été dit de la part du Seigneur » (Lc 1, 45). Marie a donc cru, elle s’est fiée à Dieu, elle est entrée de sa pleine volonté dans la volonté du Seigneur et ainsi, elle était véritablement sur le chemin tout droit, sur le chemin vers le Paradis. Croire, se confier au Seigneur, entrer dans sa volonté : tel est l’objectif essentiel ».

Le pape a consacré le reste de sa catéchèse à la prière sous la forme de la « méditation »(cf. “Documents”, pour la traduction intégrale).

« Et que signifie la méditation ? Cela signifie « faire mémoire » de ce que Dieu a fait et ne pas oublier ses nombreux bienfaits (cf. Ps 103, 2b) », répond le pape qui fait observer : « Souvent, nous ne voyons que les choses négatives ; nous devons garder en mémoire également les choses positives, les dons que Dieu nous a faits, être attentifs aux signes positifs qui viennent de Dieu et s’en souvenir ».

Benoît XVI propose le « modèle » de la Vierge Marie : « L’évangéliste Luc répète plusieurs fois que « quant à Marie, elle conservait avec soin toutes ces choses, les méditant en son cœur » (2, 19; cf. 2, 51b). Gardienne qui n’oublie pas, Elle est attentive à tout ce que le Seigneur lui a dit et fait, et médite, c’est-à-dire qu’elle prend contact avec diverses choses, elle les approfondit dans son cœur ».

Maintenir un espace intérieur

Il fait aussi remarquer que Marie a gardé précieusement ce temps de rencontre avec Dieu toute sa vie : « Marie a vécu pleinement son existence, ses devoirs quotidiens, sa mission de Mère, mais elle a su maintenir en elle un espace intérieur pour réfléchir sur la parole et sur la volonté de Dieu, sur ce qui avait lieu en Elle, sur les mystère de la vie de son Fils ».

Et, actualisant ce modèle, le pape a fait cette recommandation : « A notre époque, nous sommes absorbés par de nombreuses activités et occupations, préoccupations et problèmes ; on tend souvent à remplir les espaces de la journée, sans avoir un moment pour s’arrêter et réfléchir et nourrir la vie spirituelle, le contact avec Dieu ».

« Marie, a affirmé le pape, nous enseigne qu’il est nécessaire de trouver dans nos journées, avec toutes nos activités, des moments pour nous recueillir en silence et méditer sur ce que le Seigneur veut nous enseigner, sur la façon dont il est présent et agit dans le monde et dans notre vie : être capables de s’arrêter un moment et de méditer ».

Anita S. Bourdin