Benoît XVI rend visite au cardinal Etchegaray hospitalisé

A la suite de sa chute dans la basilique Saint-Pierre lors de la messe de minuit

| 1797 clics

ROME, Dimanche 10 janvier 2010 (ZENIT.org) - Le pape Benoît XVI s'est rendu, hier soir, vers 19 heures, à la Polyclinique Gemelli, au chevet du cardinal Roger Etchegaray, qui a subi une opération à la hanche, suite à sa chute dans la basilique Saint-Pierre au début de la nuit de Noël.

« La visite a eu lieu vers 19 heures et a duré environ une demie heure », précise le père Federico Lombardi, s.j., directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, dans un communiqué publié ce samedi. Il ajoute que celle-ci « a été caractérisée par un entretien très cordial entre le pape et le cardinal, en langue française ».

Le P. Lombardi explique que le pape a voulu exprimer sa « proximité spirituelle » au cardinal français, âgé de 87 ans, président émérite du Conseil pontifical Justice et paix.

Benoît XVI « a pu se rendre compte personnellement de l'évolution positive de l'hospitalisation et de la réhabilitation post-opératoire du cardinal Etchegaray, dont les conditions cliniques sont excellentes », poursuit le P. Lombardi.

Le directeur du Bureau de presse précise que le pape et le cardinal « étaient assis pendant l'entretien » mais « à la fin, le cardinal a accompagné le pape jusqu'à la porte, en marchant ».

Selon le P. Lombardi, le cardinal Etchegaray devrait quitter l'hôpital vers le milieu de la semaine.

Toujours selon le P. Lombardi, le pape Benoît XVI « a également salué quelques patients, en sortant ».

Le cardinal Etchegaray a été opéré le 27 décembre.

Le 3 janvier, le P. Lombardi a fait savoir que le secrétaire personnel du pape, Mgr Georg Gaenswein, a effectué une visite à Susanna Maiolo, la jeune femme qui avait provoqué la chute de Benoît XVI, puis celle du cardinal Etchegaray, pris dans la bousculade.

Dans un communiqué publié le 25 décembre, le P. Lombardi expliquait que Susanne Maiolo, âgée de 25 ans, « a franchi la barrière et, malgré l'intervention des hommes de la sécurité, est parvenue jusqu'au Saint-Père, a saisi le pallium en lui faisant perdre l'équilibre et tomber ».

« Le pape a pu se relever rapidement et reprendre la procession », avait-il ajouté. « Malheureusement, dans la bousculade, le cardinal Etchegaray est tombé et a été victime d'une fracture du col du fémur ».

Le P. Lombardi avait expliqué que Susanne Maiolo « n'était pas armée » mais présentait « des signes de déséquilibre psychique ».

Mgr Gaenswein a transmis à Susanne Maiolo « l'intérêt du Saint-Père pour sa situation ».

Le P. Lombardi a souligné que « la procédure engagée par la magistrature de l'Etat de la Cité du Vatican suivra son cours jusqu'à sa complète exécution ».