Benoît XVI salue l’interdiction des armes à sous-munitions

Entrée en vigueur de la Convention internationale

| 1028 clics

ROME, Lundi 16 août 2010 (ZENIT.org) - Benoît XVI a salué l'entrée en vigueur de la Convention sur l'interdiction des armes à sous-munitions à l'occasion de l'angélus du 1er août 2010, dans la cour du palais apostolique de Castel Gandolfo. Le pape y voit un « résultat important dans le domaine du désarmement et des droits humains ».

L'Osservatore Romano en langue française a publié la traduction de l'allocution de Benoît XVI dans son édition du 3 août dernier.

Après la prière de l'angélus,  le pape a en effet déclaré : « Je désire exprimer ma profonde satisfaction pour l'entrée en vigueur, précisément aujourd'hui, de la Convention sur l'interdiction des armes à sous-munitions, qui provoquent des dommages inacceptables aux civils ».

Benoît XVI a évoqué les victimes de ces armes qui frappent encore après la fin des hostilités : « Ma première pensée va aux nombreuses victimes qui ont souffert et qui continuent de souffrir à la suite de graves dommages physiques et moraux, allant jusqu'à la perte de la vie, à cause de ces armes insidieuses, dont la présence sur le terrain empêche souvent et pour longtemps la reprise des activités quotidiennes de communautés entières ».

« Avec l'entrée en vigueur de la nouvelle Convention, à laquelle j'invite tous les Etats à adhérer, la communauté internationale a fait preuve de sagesse, de clairvoyance et d'une capacité à parvenir à un résultat important dans le domaine du désarmement et du droit humanitaire international », a ajouté le pape.

Le pape en appelle au progrès du désarmement et de la paix universelle : « J'exprime le souhait et l'encouragement que l'on continue avec une vigueur toujours plus forte sur ce chemin, en vue de la défense de la dignité et de la vie humaine, de la promotion du développement humain intégral, de l'établissement d'un ordre international pacifique et de la réalisation du bien commun de toutes les personnes et de tous les peuples ».

Anita S. Bourdin