Benoît XVI salue le patriarche éthiopien orthodoxe

La réconciliation est possible, la justice peut prévaloir, la paix peut durer

| 2245 clics

ROME, Mercredi 7 octobre 2009 (ZENIT.org) - « Dans le Christ, nous savons que la réconciliation est possible, que la justice peut prévaloir et que la paix peut durer ! », a déclaré Benoît XVI en remerciant le patriarche orthodoxe d'Ethiopie présent au synode.

Benoît XVI a salué le patriarche éthiopien orthodoxe Tewahedo participant au synode lors de la session de mardi matin, 6 octobre. Sa Sainteté Abuna Paulus, qui a connu la prison et l'exil, a en effet été invité par Benoît XVI à intervenir lors de cette seconde assemblée synodale sur l'Afrique.

« Sainteté, Je vous remercie de tout cœur pour votre présentation attentive et pour avoir accepté mon invitation à participer à la Seconde Assemblée spéciale pour l'Afrique du Synode des Évêques. Je suis sûr que ma gratitude et ma reconnaissance sont partagées par tous les membres de l'Assemblée », a déclaré Benoît XVI.

Benoît XVI a rappelé la très riche tradition chrétienne de l'Ethiopie, dès les temps apostoliques. « Votre présence, a souligné le pape, porte le témoignage éloquent des riches et antiques traditions de l'Église en Afrique. Depuis les temps apostoliques, parmi les nombreux peuples désirant ardemment écouter le message de salut du Christ se trouvaient ceux provenant d'Éthiopie (cf. Ac 8, 26-40). La fidélité de votre peuple à l'Évangile continue à être montrée non seulement par son obéissance à la loi de l'amour mais également, comme vous nous l'avez rappelé, par la persévérance dans la persécution et par le sacrifice suprême du martyr au nom du Christ ».

Le pape a insisté sur l'alliance entre prière et engagement en disant : « Votre Sainteté a rappelé que la proclamation de l'Évangile ne peut être séparée de l'engagement à bâtir une société conforme à la volonté de Dieu, qui respecte les bénédictions de sa création et protège la dignité et l'innocence de tous ses enfants ».

Justement, la réconciliation, la justice et la paix sont les thèmes de ce synode. Le pape a commenté ce thème en disant : « Dans le Christ, nous savons que la réconciliation est possible, que la justice peut prévaloir et que la paix peut durer ! Tel est le message d'espérance que nous sommes appelés à proclamer. Telle est la promesse que le peuple d'Afrique aspire à réaliser de nos jours ».

Et cette réconciliation passe par l'unité des chrétiens. « Prions donc, a invité le pape, afin que nos Églises puissent se rapprocher dans l'unité qui est le don de l'Esprit Saint et rendre un témoignage commun de l'espérance apportée par l'Évangile. Continuons à œuvrer en faveur du développement intégral de tous les peuples d'Afrique, en renforçant les familles qui constituent le rempart de la société africaine, en éduquant les jeunes qui sont l'avenir de l'Afrique et en contribuant à la construction de sociétés caractérisées par l'honnêteté, l'intégrité et la solidarité ».

« Puissent nos délibérations, au cours de ces semaines, aider les fidèles du Christ sur le continent à être des exemples convaincants de rectitude, de miséricorde et de paix, et une lumière pour guider le chemin des générations futures », espère Benoît XVI.

« Sainteté, je vous remercie encore une fois de votre présence et de vos précieuses réflexions. Puisse votre participation à ce Synode être une bénédiction pour nos Églises », a conclu Benoît XVI.

Pour sa part, le président délégué de cette session, le cardinal archevêque de Durban, en Afrique du Sud, Wilfrid Fox Napier, O.F.M., avait présenté à l'assemblée le patriarche éthiopien en disant : « Je suis certain d'exprimer les sentiments de vous tous en disant que nous sommes très reconnaissants au Saint-Père d'avoir invité Sa Sainteté Abuna Paulos, Patriarche de l'Église orthodoxe éthiopienne, à s'adresser à cette Assemblée spéciale pour l'Afrique du Synode des Évêques ».

« A travers Sa Sainteté Abuna Paulos, nous entendrons la voix d'une Église qui, pendant près de deux mille ans, a vécu et rendu témoignage à l'Évangile en Afrique, construisant une civilisation chrétienne de saints hommes et de femmes, de valeurs sociales et culturelles et d'institutions qui ont formé et informé le peuple et la nation en leur cœur », a souligné le cardinal Napier.

« Alors que le continent africain affronte d'énormes défis, l'Église en Afrique doit elle aussi faire l'expérience d'épreuves et de procès douloureux. Sa Sainteté a personnellement connu les rigueurs de la prison et de l'exil. La riche vie monastique, spirituelle, liturgique et culturelle de l'Église éthiopienne est un héritage de la tradition chrétienne qui doit nous être cher et être aimé par chacun d'entre nous ».