Benoît XVI se rend dimanche à Assise sur les traces de saint François

Célébration du huitième centenaire de la conversion du fondateur des franciscains

| 1101 clics

ROME, vendredi 15 juin 2007 (ZENIT.org) – Le pape Benoît XVI se recueillera dimanche sur la tombe de saint François d’Assise à l’occasion du huitième centenaire de la conversion du fondateur des franciscains.



L’évêque d’Assise-Nocera-Umbra-Gualdo Tadino, Mgr Domenico Sorrentino, affirme que cette visite sera un pèlerinage spirituel sur les pas du « poverello » d’Assise, « comme pour revivre les grandes étapes de sa conversion ».

Du Vatican, le pape se rendra en hélicoptère au sanctuaire de Rivotorto où son arrivée est prévue à 8h30 du matin. Dans ce lieu saint, a expliqué l’évêque dans un entretien avec « L’Osservatore Romano », Benoît XVI « rappellera ce que disait François à propos des débuts de sa conversion quand il s’était tourné vers les lépreux ».

A 9.30, le pape rejoindra la basilique Sainte-Claire, de l’ordre des Clarisses, où il s’arrêtera pour prier devant le crucifix de saint Damien, dans la chapelle du saint-Sacrement.

Cette halte fera revivre alors, a poursuivi Mgr Sorrentino, « le moment où le crucifié se mit à parler avec François, marquant sa vie pour toujours ».

A 11h00, sur la place Saint-François, près de la grande basilique, où sera vénérée la dépouille de saint François, le pape présidera la messe dominicale mettant l’accent sur « la dimension eucharistique, particulièrement évidente, de la spiritualité du Poverello », a poursuivi l’archevêque d’Assise.

A l’issue de la messe, le pape se recueillera en privé sur la tombe de saint François située sous la basilique inférieure.

A 16h00, Benoît XVI rencontrera les religieuses clarisses-capucines allemandes au Couvent Sacré de Saint-François.

Peu après, il rencontrera les participants au chapitre général de l’Ordre franciscain des frères mineurs conventuels, qui vient d’élire son nouveau ministre général en la personne du frère Marco Tasca, ainsi que la communauté du Couvent Sacré dans la basilique supérieure de Saint-François.

Dans un entretien à Zenit, le Fr. Tasca a déclaré: « Que la visite de Benoît XVI coïncide avec la clôture de notre chapitre général est un beau signe de Dieu : d’habitude c’est le chapitre qui se rend en pèlerinage pour réaffirmer son obéissance au Successeur de Pierre, mais la providence a voulu nous faire cadeau de la présence du pape sur notre sol, près de la dépouille de notre Père, saint François ».

« Nous avons hâte d’entendre ses paroles qui illumineront assurément le cheminement de l’Ordre pour les années à venir », a-t-il ajouté.

L’évêque de Rome se rendra ensuite à la cathédrale Saint-Rufin où fut baptisé François.

Là se tiendra la rencontre du pape avec le clergé, les séminaristes, les religieux et les religieuses du diocèse d’Assise. Durant cette rencontre, a précisé Mgr Sorrentino, l’accent sera mis sur « l’appel à la sainteté, le sens de la communion, la beauté du ministère sacerdotal, pour lequel François avait une grande vénération ».

A 17 h 45 le pape devrait effectuer une visite privée à la « portioncule » et à la chapelle du Transitus de saint François.

« A l’ombre de la basilique Sainte-Marie-des-Anges, qui abrite la « portioncule », on entendra battre le cœur marial du franciscanisme », a affirmé l’évêque d’Assise.

« Sur le parvis de la basilique, le pape rencontrera les jeunes auxquels il présentera François comme un idéal de vie ».

Le retour du pape au Vatican, en hélicoptère, est prévu peu avant 20 h 00.

Pour synthétiser le sens de cette visite du pape à Assise, Mgr Sorrentino a affirmé : « Il y a aujourd’hui un grand besoin de retourner à l’essentiel. Le monde a atteint des résultats extraordinaires au niveau des possibilités scientifiques, techniques, économiques, et pourtant ce monde-là peine sous le poids de ses contradictions, de ses incertitudes morales, de sa perte de valeurs, d’un scepticisme déprimant, dans son incapacité à construire la fraternité et la paix ».

« François nous montre que la conversion à Jésus Christ donne un sens à l’homme et à son histoire. Dans son Testament, voici le témoignage qu’il nous donne : ‘ce qui m'avait semblé si amer s'était changé pour moi en douceur’. Ceci était le fruit de son amour pour le Christ qu’il vénérait dans les lépreux. François nous indique en Jésus la voie de la joie parfaite », a-t-il conclu.