Benoît XVI souligne l´efficacité de la prière des religieuses de clôture

Il visite un monastère dominicain à Rome

| 2581 clics

ROME, Jeudi 24 juin 2010 (ZENIT.org) - L'existence cachée des religieuses de clôture est pour l'Église comme le cœur qui fait circuler le sang et maintient le corps en vie.

C'est ce qu'a expliqué le pape Benoît XVI ce matin lors de sa visite au monastère dominicain de Sainte Marie du Rosaire, à Rome, où sont conservées une très ancienne icône de la Vierge dite «Vierge de saint Luc» (VIIe siècle) et de précieuses reliques de saint Dominique, sainte Catherine de Sienne et d'autres saintes et saints dominicains.

Le pape a présidé l'Office du milieu du jour et prononcé une homélie dans laquelle il a expliqué que les moniales sont des « interprètes de l'Église-Épouse, qui s'unit de manière spéciale à son Seigneur ».

Il a souligné que leur consécration au Seigneur « est rendue féconde » non seulement « pour ce qui concerne le chemin de sanctification et de purification personnel, mais aussi par rapport à l'apostolat d'intercession » qu'elles accomplissent « pour l'Église tout entière, afin que celle-ci puisse apparaître pure et sainte au côté du Seigneur ».

« Vous, qui connaissez bien l'efficacité de la prière, vous faites l'expérience chaque jour des nombreuses grâces de sanctification que celle-ci peut obtenir à l'Église », a ajouté Benoît XVI.

« Soyez reconnaissantes à la Divine Providence pour le don sublime et gratuit de la vocation monastique à laquelle le Seigneur vous a appelées », a exhorté le pape.

« Avant même que vous naissiez, le Seigneur avait réservé votre cœur pour lui, afin de pouvoir le combler de son amour. A travers le sacrement du baptême, vous avez reçu en vous la Grâce divine et, plongées dans sa mort et sa résurrection, vous avec été consacrées à Jésus, pour Lui appartenir de manière exclusive », a poursuivi Benoît XVI.

« La forme de vie contemplative que vous avez reçue des mains de saint Dominique, sous forme de clôture, vous place, comme membres vivants et vitaux, au cœur du corps mystique du Seigneur qui est l'Église, a expliqué le pape. Et comme le cœur fait circuler le sang et maintient le corps tout entier en vie, votre existence cachée dans le Christ, tissée de travail et de prière, contribue à soutenir l'Église, instrument de salut pour tout homme que le Seigneur a sauvé par son sang».

Puis le pape s'est arrêté sur l'importance du désir en citant saint Augustin qui disait : « Ton désir est ta prière », ajoutant que si ce désir est permanent, la prière est aussi permanente.

Benoît XVI a évoqué le « saint désir que le Royaume de Dieu s'instaure dans le cœur de tout homme » qui nourrit la prière des moniales pour les frères en difficulté, pour tous ceux qui se sont éloignés du Seigneur. « Comment ne pas être émus de compassion pour ceux qui semblent errer sans but ? Comment ne pas désirer que dans leur vie advienne la rencontre avec Jésus, le seul à pouvoir donner un sens à leur vie ? » s'est-il interrogé.

Le pape a expliqué que le cœur des moniales « est guidé par le désir d'aimer Dieu ».

« C'est l'horizon du pèlerinage terrestre ! C'est votre but ! C'est pour cela que vous avez choisi de vivre cachées et dans le renoncement aux biens terrestres : pour désirer au-dessus de toute chose ce bien qui n'a pas d'égal, cette perle précieuse qui mérite le renoncement à tout autre bien pour entrer en sa possession », a affirmé Benoît XVI.

Gisèle Plantec