Bilan consolidé 2001 négatif, contre coup de la récession et du terrorisme

Mais la contribution des Eglises locales est en hausse

| 435 clics

CITE DU VATICAN, Vendredi 5 juillet 2002 (ZENIT.org) - Le bilan définitif consolidé du Saint-Siège pour l'exercice 2001 enregistre un déficit de 3.474.000 Euros (3,062 millions d'USD), du fait du contexte international, de la retombée du dopage jubilaire dans certains secteurs, mais aussi de l'augmentation de certaines dépenses par rapport à l'an 2000.



La réforme de Jean-Paul II s'était soldée en effet depuis huit ans par un bilan positif annuel des finances du Vatican. Mais l'année 2001, dont le bilan a été présenté à la presse ce matin, se conclut en négatif, du fait du contre coup du terrorisme sur la finance internationale et de la récession. On note aussi une augmentation des frais de fonctionnement (ouverture de nouvelles représentations pontificales, réparations, frais de fonctionnement des medias en particulier). Pourtant, 2001 a également enregistré une augmentation de la participation des Eglises locales aux dépenses nécessaires à l'exercice du ministère du Successeur de Pierre. Ce solde négatif s'élève précisément à 3.474.000 Euros.

C'est ce qu'a expliqué au cours d'une conférence de presse le cardinal Sergio Sebastiani, président de la Préfecture des Affaires économiques du saint-Siège, assisté de Mgr Franco Croci, secrétaire, et de M. Ivan Ruggiero, expert comptable de la préfecture.
Au cours de l'année 2001, le Saint-Siège a en effet dépensé 200.371.000 Euros en frais de fonctionnement et en particulier pour les salaires de 2.650 employés. En revanche, les entrées se limitent à 196.897.000 Euros, car les revenus des placements financiers ont diminué de 50 % par rapport à 2000.

Pour mieux faire comprendre la situation, le cardinal Sebastiani a présenté les dépenses dans 4 catégories:
-activités institutionnelles: cela englobe tous les dicastères de la curie romaine (secrétairerie d'Etat, congrégations, conseils pontificaux, tribunaux, synode des évêques, et différents bureaux). Leur point commun est qu'ils assistent de près le pape au service des Eglises particulières et "au bénéfice de l'humanité en tant qu'artisan de paix dans le monde d'aujourd'hui", toujours selon le cardinal Sebastiani. Pour ce secteur, on note une aide plus grande des Eglises locales, communautés religieuses et associations, parallèlement à l'augmentation des frais;
-activités financières: la récession diminue de moitié les entrées comme l'explique le cardinal Sebastiani, du fait d'un "climat défavorable de l'économie mondiale au cours de l'année dernière, sur lequel ont pesé d'une façon importante les attentats du 11 septembre";
-secteur immobilier: les réparations entraînent 20% de frais supplémentaires alors que les entrées sont moindres qu'en l'an 2000, vu l'effet de dopage du Jubilé;
-media : chaque année dans le rouge, ce poste rassemble aussi bien L'Osservatore Romano, la Typographie vaticane, la Libreria Editrice Vaticana, le Centre télévisuel du Vatican (CTV), qui équilibre à peu près son budget (20 salariés), Radio Vatican, qui est dans le rouge - comme chaque année, du fait de l'absence de publicité et de la grosse masse salariale des 395 employés, pour un service en 37 langues;

Ce bilan a été présenté par le cardinal Sebastiani, par le "Conseil des réviseurs"', puis, au cours d'une audience, mardi 2 juillet, à Jean-Paul II, et hier, jeudi 4 juillet, au Conseil des cardinaux pour l'Etude de l'organisation et des problèmes économiques du Siège apostolique. Il doit être maintenant traduit en différentes langues pour être envoyé aux évêques du monde entier.

Lors de la réunion du Conseil des cardinaux, le cardinal Sebastiani a également présenté le bilan consolidé 2001 de l'Etat de la Cité du Vatican (donc distinct de l'activité du Saint-Siège). Ce bilan là présente en revanche un bénéfice de 14.074.000 Euros, bénéfice cependant inférieur à celui de l'année précédente du fait des restaurations des trois basiliques Saint-Jean-du-Latran, Saint-Paul-hors-les-Murs et Sainte-Marie-Majeure, et de la maintenance du patrimoine artistique de la Cité du Vatican.

Enfin, ce que l'on appelle "l'Obole de Saint-Pierre", c'est-à-dire le fond destiné à l'activité caritative du pape dans le monde, à laquelle contribuent les offrandes des fidèles, elle représente 53. 326. 140 Euros (51,913 millions d'USD).