Bosniaque et précurseur de Vatican II

Une vie brève mais intense

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 629 clics

Le martyrologe romain fait aujourd'hui mémoire du bienheureux Ivan Merz, laïc (1896-1928), mort à 32 ans.

"Heureux les pauvres de cœur": c'est la béatitude qu'illustre la vie du jeune bosniaque originaire de Banja Luka que Jean-Paul II a béatifié il y a presque dix ans, le 22 juin 2003, dans sa ville natale.

Ivan Merz a été un étudiant et un soldat catholique, un fin intellectuel, et un éducateur passionné.

A l'occasion de sa béatification, les évêques de Bosnie ont adressé aux fidèles une lettre pastorale pour présenter ce jeune laïc, représentant les "gens simples", c'est le premier laïc de leur terre à avoir été élevé à l'honneur des autels.

"Ainsi se réalise enfin, écrivent les évêques, une chose pour laquelle tant de personnes se sont dévouées sans se lasser pendant des décennies et pour laquelle beaucoup ont prié."

Ils ajoutent: "Ivan Merz a vraiment quelque chose à dire et à montrer aussi aux jeunes membres de l'Eglise du Christ dans nos diocèses comme dans toute l'Europe (…). Ivan n'avait rien de particulier étant enfant (…). Il a appris à connaître le Christ graduellement, de jour en jour, dans la prière, dans la douleur, dans les souffrances de la guerre et dans les approfondissements de la pensée", au cours de sa vie brève mais intense.

Il était notamment un "exemple d'obéissance"", et un "précurseur" du concile Vatican II: il sentait le besoin que l'Eglise se renouvelle et de mettre en valeur le rôle des laïcs. 

Il représente pour les évêques "une preuve directe qu'un "homme simple" qui n'appartient pas à un ordre spirituel, partout où il vit et grandit, à quelque culture qu'il appartienne, peut réaliser la sainteté de vie là où il vit et travaille".

Ivan Merz, insistent les évêques de Bosnie-Herzégovine, "est un guide clair pour l'Europe déchristianisée à l'agonie en raison des doutes et des tentations contemporaines, est un "appel clair lancé à l'Europe moderne, pour qu'elle revienne à ses racines chrétiennes".