Bosnie : L'évêque appelle à prier pour les criminels de guerre et à faire la vérité

| 1470 clics

ROME, Mercredi 30 juillet 2008 (ZENIT.org) - A propos de l'arrestation de l'ancien chef des Serbes de Bosnie et criminel de guerre présumé, internationalement recherché, Radovan Karadzic, l'évêque de Banja Luka, Mgr Franjo Komarica, a appelé « à prier pour tous ceux qui se sont sali les mains par de cruelles atrocités lors de la dernière guerre de Yougoslavie ».

Mgr Komarica a déclaré à l'œuvre internationale catholique de bienfaisance « Aide à l'Église en Détresse » que chacun de ceux qui se sont rendus coupables est un pauvre. Le plus important est le tribunal de Dieu. Il souligne que l'Église doit prier pour ces hommes car ils « ont besoin d'une conversion personnelle ». 

Cependant, il est important que les instigateurs principaux des atrocités répondent de leurs actes. La communauté internationale n'a rien fait pour demander des comptes aux responsables. Il manque également aux politiciens nationaux la volonté politique d'imposer cela. « L'inaction et le silence cimentent les crimes » affirme Mgr Komarica. « L'évangile lui-même nous enseigne que les crimes et leurs auteurs doivent être appelés par leur nom ». Il a été permis que tant de choses tragiques aient lieu. Au lieu de les empêcher, on les a encore prolongées.     

Selon l'évêque, sans vérité ni justice en Bosnie, il ne peut pas y avoir de véritable avenir dans le pays. La mission de l'Église est de servir la vérité. La vérité et la justice redonneront à de nombreuses personnes la possibilité de vivre dans leur patrie.  

Karadzic est tenu pour responsable du massacre de presque 8.000 musulmans bosniaques à Srebrenica, la plus grave tuerie de l'histoire européenne depuis 1945, et du siège de Sarajevo, qui a duré 43 mois et au cours duquel plus de 10.000 personnes sont mortes. Plus de 243.000 personnes ont perdu la vie pendant la dernière guerre de Yougoslavie, entre 1992 et 1995, et deux millions de personnes ont été délogées à la suite du redécoupage de la république.