Brésil : "L'eau, source de vie", campagne de carême des évêques

| 578 clics

CITE DU VATICAN, Jeudi 26 février 2004 (ZENIT.org) – A l'occasion du début du Carême, la Conférence nationale des évêques brésiliens (CNBB) a annoncé le lancement de la Campagne de fraternité 2004 qui a cette année pour thème "l'eau, source de vie", rapporte l’agence missionnaire italienne Misna.



L'ouverture officielle a eu lieu au siège de la Conférence épiscopale à Brasilia, en présence du secrétaire général de la CNBB, Mgr Odilo Pedro Sherer, du ministre pour le Développement social et de la lutte contre la famine Patrus Ananas et du ministre de l'Environnement, Marina Silva.

Pour la première fois dans l'histoire de l'homme, avertit le cardinal Geraldo Majella Agnelo, président de la CNBB et archevêque de Salvador, dans un message de présentation de la campagne, "nous percevons le manque d'eau non comme un fait localisé ni une urgence mais comme le résultat d'actions humaines qui mettent la survie en péril".

"L'eau est un don de Dieu et source de vie, patrimoine de tous les êtres vivants, un besoin et un droit de tous", écrit le cardinal Majella Agnelo.

"Aucune autre utilisation de l'eau, aucun intérêt d'ordre politique, de marché ou de pouvoir, ne peut se placer au dessus des lois fondamentales de la vie. A ce propos, l'ONU place l'eau destinée à la consommation humaine dans le contexte du droit à l'alimentation. Elle ne peut-être privatisée ni devenir propriété de quelqu'un. L'Etat et toutes les personnes ont le devoir de veiller sur sa défense et sa conservation".

Le cardinal a en outre souligné qu'il existe une grande affinité entre la Campagne de la fraternité pour l'eau et la lutte contre la misère et la faim. Des exigences éthiques demandent, disait-il, un changement de mentalités pour vaincre l'égoïsme et la concentration des biens détenus par peu de personnes et nous poussent à une utilisation solidaire des aliments et des ressources hydriques, de diverse manière, évitant tout gâchis et construisant des relations solidaires.