Brésil : La justice impose au clergé de Rio de Janeiro de ne pas parler de l’avortement

Tentative de saisie de matériel au siège de l’archidiocèse

| 1705 clics

ROME, Vendredi 29 septembre 2006 (ZENIT.org) – Mardi 26 septembre le Tribunal régional électoral (TRE) a notifié au cardinal archevêque de Rio de Janeiro, Eusébio Scheid, et à l’évêque auxiliaire Mgr Dimas Lara Barbosa, d’inviter tout le clergé à s’abstenir « de tout type de commentaire ou référence politique et idéologique ». Le Collège du TRE a toutefois, ce même jour, annulé cette clause par cinq voix contre une.



L’ordonnance judiciaire est née dans le cadre d’une requête présentée au Tribunal par la Coalition « Um Rio Para Todos », déposée par la députée Jandira Feghali, rapporteur du projet de loi 1.135/91, qui rend légale au Brésil la pratique de l’avortement tout au long des neuf mois de grossesse.

La requête présentée par la Coalition de la députée Feghali, qui est en liste en vue d’un siège au Sénat pour l’Etat de Rio de Janeiro, accusait l’Eglise de diffuser un opuscule offensif à son égard.

Mgr Dimas Lara a dénoncé « le comportement hâtif de la Coalition, sur la base de documents erronés, qui a trouvé son point culminant dans la recherche et la tentative frustrée de saisie de matériel, au siège de l’archidiocèse, dont elle n’est ni responsable ni l’auteur ».

En application du Mandat de Recherche et de Saisie, les fonctionnaires de Justice et l’avocat de la Coalition ont perquisitionné toutes les structures du siège de l’archidiocèse, y compris le bureau du cardinal et des évêques auxiliaires. Toutefois, aucun matériel d’aucun type n’a été retrouvé.

Mgr Dimas Lara a affirmé que l’archidiocèse de Rio de Janeiro « promeut la participation des catholiques à la politique et au choix des candidats engagés dans les valeurs et les principes éthiques et chrétiens », des indications publiées dans le document « Vote conscient » de l’archidiocèse lui-même.

« C’est le droit de l’électeur de connaître les candidats et leurs actions. D’autre part, l’on attend de chaque candidat la transparence légitime dans tous ses actes et ses propositions », a souligné l’évêque.

Selon Mgr Dimas, l’archidiocèse réaffirme « le point principal du document : le respect pour la vie
et la dignité de la personne humaine, de sa conception à sa mort naturelle ».

La note officielle publiée par l’archidiocèse de Rio de Janeiro à cette occasion – signée par Mgr Assis Lopez, évêque auxiliaire de Rio de Janeiro et modérateur de la curie métropolitaine – rappelle que, suite à l’annulation de la notification mentionnée précédemment, « la Constitution brésilienne a été respectée et la démocratie a prévalu ».