Brésil: Les évêques encouragent une réforme agraire « juste et pacifique »

Déclaration du Conseil permanent sur la réforme agraire

| 741 clics

CITE DU VATICAN, Mardi 4 novembre 2003 (ZENIT.org) – Les évêques du Brésil demandent au président Lulla une réforme agraire « juste et pacifique ».



Le Conseil Permanent sur la réforme agraire de la Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB) a en effet publié à ce sujet une note diffusée depuis Brasilia, indique l’agence missisonnaire itaienne Misna.

« Nous accueillons avec satisfaction la nouvelle que le gouvernement s'apprête à lancer dans de brefs délais un nouveau Plan national de réforme agraire » lit-on dans la note du Conseil, plus haute instance des prélats brésiliens, après l'assemblée générale annuelle.

« Une réforme agraire juste et pacifique, vaste et profonde, accompagnée d'une politique agricole qui donne un soutien à la petite et moyenne production et à l'agriculture familiale, peut alléger les grands problèmes sociaux de notre pays, comme le chômage, l'accumulation de terres improductives, l'exode rural et la famine », constatent les évêques.

« Nous n'ignorons pas les difficultés financières qu'affronte le pays, mais à cause de sa gravité, elle devient une priorité qui exige la compréhension et le soutien de tous », insistent les évêques.

Le Conseil rappelle que les évêques suivent de près la question foncière, car elle est une des « préoccupations sociales les plus importantes », ainqi qu’un « engagement de l'Eglise pour que la terre soit au service de ceux qui demandent d'y vivre et de la travailler ».

C’est ce dont témoignent la création de la Commission Pastorale de la Terre (CPT) en 1975, la publication du document 'Eglise et problèmes de la terre' en 1980 et les campagnes de fraternité de la commission épiscopale en 1980 et 1986.

« Nous considérons d'une énorme importance l'intégration entre le « Mutirão » de la CNBB pour la lutte contre la misère et la faim (une initiative collective de solidarité à travers les interventions pastorales dans les diocèses et dans les paroisses, ndlr), le projet « Faim Zéro » et le « Plan national de réforme agraire ». La combinaison de ces initiatives peut favoriser l'installation et le retour des paysans dans les champs, offrir de nombreux postes de travail et multiplier la disponibilité de vivres pour toute la population brésilienne », concluent les évêqiues brésiliens.