Brésil : Premier séminaire de communication pour évêques

Une réponse au besoin de comprendre l’influence des nouveaux langages

| 1172 clics

ROME, Mercredi 14 juillet 2011 (ZENIT.org) – Le premier séminaire de communication pour les évêques du Brésil doit être une occasion pour réfléchir sur la communication dans l’Eglise aujourd’hui et comprendre l'influence des nouveaux langages, a déclaré Mgr Claudio Maria Celli, président du Conseil pontifical pour les communications sociales, à l’occasion de l'ouverture de la rencontre, mardi. Le séminaire durera jusqu’au 16 juillet.

Cette initiative, lancée à Rio de Janeiro, par la conférence nationale des évêques catholiques du Brésil (CNBB), avec le soutien de l’archidiocèse de la ville et du Conseil pontifical, est une initiative que « je suis avec grand intérêt et satisfaction » a déclaré Mgr Celli qui a estimé « très important aujourd’hui » de pouvoir discuter de ce que signifie affronter une pastorale dans le monde de la communication, en tenant compte des nouveaux langages et des nouvelles technologies.

« La fonction de ces nouvelles technologies, a-t-il dit, n’est pas seulement instrumentale, mais génératrice d’une nouvelle culture que nous appelons 'culture du numérique', d’une nouvelle forme d’être et de se mettre en relation ».

L’Eglise, a-t-il ajouté, « est profondément consciente qu’elle doit transmettre son message à l’être humain d’aujourd’hui, une personne qui vit, qui se trouve à l’intérieur de cette nouvelle culture. Le grand défi de l’Eglise est de voir comment il faut s'y prendre, ce qu’il faut faire et dans quelle mesure il faut être présent dans le nouveau contexte culturel ».

Selon le président du dicastère, les nouvelles technologies ont aussi un nouveau langage. « Nous devons dialoguer avec cette réalité et faire en sorte que le message de l’Evangile y ait sa place », a-t-il expliqué.

Cette question du nouveau langage est « fondamentale » pour nous tous, a-t-il ajouté. « Pour parler avec les gens d'aujourd'hui je dois utiliser un langage compréhensible, pas seulement un langage que j'utilise pour être compris mais qui a aussi une profonde dimension anthropologique ».