Bulgarie : attentat contre des Israéliens, condamnation internationale

Réactions de l'Eglise en Terre Sainte

| 846 clics

Anne Kurian

ROME, vendredi 20 juillet 2012 (ZENIT.org) – "Un acte barbare": de nombreuses voix se sont élevées pour condamner l'attentat perpétré contre des touristes israéliens en Bulgarie, le 18 juillet 2012 et le fait est souligné par L’Osservatore Romano du 21 juillet dans son édition quotidienne en italien.

Un bilan fait état de la mort d'au moins six personnes en plus du kamikaze et de 32 blessés, dans l’explosion d'un bus, à proximité de l'aéroport de la ville de Burgas. L’Eglise de Terre Sainte a vivement réagi, souligne L'OR.

Le Custode de Terre Sainte, le P. Pierbattista Pizzaballa, a défini l’attentat comme «un acte barbare et un très mauvais signal qui témoigne de la dégradation à laquelle nous assistons au Moyen Orient ». Cette dégradation dans les relations est « extrêmement préoccupante pour la région», a-t-il ajouté.

Ce qui est arrivé est «vraiment tragique et abominable: on ne peut pas tuer au nom de Dieu ou au nom d’une idéologie, c’est inacceptable » a déclaré Mgr William Hanna Shomali, évêque auxiliaire du patriarcat latin de Jérusalem.

L'OR cite la réaction du président israélien, Shimon Peres, qui a déclaré qu’«Israël identifiera et agira contre la terreur dans n’importe quelle partie du monde», et de l’ambassade iranienne en Bulgarie rejetant les accusations d’Israël qui a mis en cause la responsabilité de la république islamique de l’Iran dans l’attentat.

Le Quatuor pour le Moyen-Orient (Union européenne, Russie, Etats-Unis et Onu) a condamné cet « acte lâche contre des innocents » dans les termes les plus « vigoureux ».

Le Conseil de sécurité de l’Onu, qui a présenté ses condoléances aux familles des victimes, a affirmé de son côté que « le terrorisme dans toutes ses formes et manifestations constituent une des plus sérieuses menaces à la paix et à la sécurité internationale ».

Le président de la République française, M. François Hollande, a exprimé également sa « profonde émotion » et sa condamnation de l'attentat, assurant que la France restera « vigilante et déterminée dans la lutte contre le terrorisme, la haine et l'intolérance », dans un communiqué du 19 juin.