Burkina Faso: La solidarité, vers l’autofinancement des Eglises plus pauvres

Par Mgr Philippe Ouédraogo, évêque d´Ouahigouya

| 678 clics

CITE DU VATICAN, Mercredi 10 octobre 2001 (ZENIT.org) - "La solidarité au sein de l’Eglise - Famille de Dieu est urgente pour favoriser l’auto-financement progressif des Eglises plus pauvres", affirmait le 9 octobre, Mgr Philippe Ouédraogo, évêque d´Ouahigouya, au Burkina Faso.



L´évêque parlait dans un premier temps de "L´Eglise - Famille de Dieu ferment du monde nouveau". Il rappelait le mouvement suscité par le synode pour l´Afrique: "Après l’Assemblée Spéciale pour I´ Afrique du Synode des Evêques convoquée en 1994 par le Pape Jean Paul II, les diocèses du Burkina, dans le sil1age de la dynamique de la solidarité pastorale organique, de communion ecclésiale et de coopération missionnaire, se sont mis en marche entre 1997 - 2000 pour célébrer chacun son Synode diocésain".

"Cette démarche collégiale, animée par la ferme conviction d’appartenir à la même Eglise-Famille de Dieu, s’est conclu par la célébration d’un Synode inter - diocésain à caractère national d’où est sortie cette orientation pastorale. Eglise - Famille de Dieu, ferment du monde nouveau".

Et d´insister sur cette notion d´Eglise-famille de Dieu: "Dans une ecclésiologie de communion et de mission. il s´agit de construire une Eglise de type familiale à travers la structure de la communauté chrétienne de base ( C.C.B.) déifiée sur le modèle de la Sainte Trinité, des premières communautés des Actes des Apôtres et des valeurs positives de la famille africaine. "L’Eglise ne peut progresser qu’en renforçant les liens de communion entre ses membres, à commencer par ces pasteurs" (E.L.A. N° 17). Prenant en compte cette perspicace assertion du Saint Père, les deux principales Conférences de l’Afrique de l’Ouest, à savoir l’A.E.C.A.W.A. (anglophone) et la C.E.R.A.O. (francophone), se sont retrouvées à Ouagadougou du 16 au 19 novembre 2000 autour du thème: "Bâtir l’Eglise - famille de Dieu en Afrique de l’Ouest: Défis et ressources au seuil du troisième millénaire."

Une communion manifestée par les évêques du Burkina Faso, rappelle Mgr Ouédraogo: "Les Evêques de la sous - région, ont célébré et réaffirmé leur communion et ont passé des bases pour s’unir et affronter ensemble les défis multiples et complexes de l’Afrique: coopération missionnaire, intégration régionale, la promotion de la paix, de la solidarité et de la fraternité".

Dans un deuxième temps, Mgr Ouédraogo évoeque la figure de l´évêque comme "espérance pour le monde nouveau". Il insiste sur la pastorale des vocations: "Pour faire émerger le monde nouveau, dit-il, il faut certes ouvrir des chemins d’évangélisation, mais encore faut-il trouver des agents apostoliques bien formés, nombreux et saints. D’où l’importance de la pastorale des vocations: soutien des petits et grandes séminaires pour la formation des futurs prêtres, la formation et la vie des catéchistes ... A cet effet la coopération entre Eglises est plus que nécessaire".

Il prône l´auto-financement des Eglises plus pauvres: "En outre la solidarité au sein de l’Eglise - Famille de Dieu est urgente pour favoriser l’auto financement progressif des Eglises plus pauvres. (...) Une telle perspective serait illusoire si les chrétiens, à commencer par les pasteurs ne s’approprient pas la Force de la Bonne Nouvelle ... la Force d’aimer (...)
"On peut exagérer en tout, sauf dans l’Amour" (Frère Charles de Foucauld)".