« C'est inacceptable », indignation du président Van Rompuy

« Trop d'Européens menacés de pauvreté ou d'exclusion »

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 1458 clics

Les traités européens « obligent l’éradication » de « l’exclusion » et de la « pauvreté », rappelle avec vigueur M. Herman Van Rompuy, président du Conseil européen, dans son discoursau Comité économique et social européen, à Bruxelles, ce 17 janvier 2012, lors de sa 486e session plénière. Une video est disponible avec des extraits du discours à cetet adresse: http://vloghvr.consilium.europa.eu .

Au terme de ce long – mais passionnant – exposé, Le premier président du Conseil européen affirme : « Enfin, dernier sujet dans cette dimension sociale de l'Union économique et monétaire, l'exclusion et la pauvreté dont nos Traités obligent l'éradication ; trop d'Européens sont menacés de pauvreté ou d'exclusion sociale : c'est inacceptable ».

Il en appelle à une inversion énergique de tendance : « Notre politique économique dans son ensemble et notre politique sociale en particulier ne peut plus ignorer cet état de fait. Les Etats membres se sont fixés des objectifs nationaux dans le cadre de la Stratégie Europe 2020, dans de nombreux cas ils risquent d'être manqués si le tir n'est pas corrigé rapidement ».

Il demande l’engagement du Comité économique et social, soulignant que les pays membres ne peuvent pas tout faire : « Nous devons, en vue du Conseil européen de juin 2013, animer un débat sur la dimension sociale de l'Union économique et monétaire et je souhaite de plein cœur que le Comité économique et social européen y contribue, par un avis sur ces sujets. L'Europe sociale, c'est aussi l'Europe du dialogue social, au sein de l'Union et au sein des Etats membres. La méthode fait aussi partie de la dimension sociale de l'Union économique et monétaire ».