Californie: La Cour Suprême demande à des organismes catholiques de financer la contraception

| 1310 clics

ROME, vendredi 5 mars 2004 (ZENIT.org) - Une association médicale chrétienne dénonce une décision de la Cour Suprême de Californie selon laquelle les institutions caritatives catholiques doivent offrir une couverture en matière de contrôle des naissances à leurs employés, même si la contraception va contre l'enseignement de l'Eglise.



Certains estiment que la décision de la Cour Suprême de Californie pourrait concerner des milliers d'employés des hôpitaux catholiques et d'autres institutions soutenues par l'Eglise en Californie, et inciter d'autres Etats à voter des lois semblables.

La Cour de Californie a décrété que les institutions caritatives catholiques ne peuvent pas bénéficier d'une exemption religieuse concernant les directives de l'Etat en matière de contraception, car elles emploient des travailleurs non-catholiques, conseillent et aident des personnes indépendamment de leurs croyances religieuses.

Les organisations rattachées à une religion "doivent pouvoir garder la liberté de rester fidèles à leurs croyances religieuses et éthiques dans des questions comme le contrôle des naissances", a déclaré le Dr. David Stevens, directeur de la "Christian Medical Association".

"La question clé ici n'est même pas le point important de la dimension morale du contrôle des naissances", a-t-il fait remarquer, "mais la liberté fondamentale de pouvoir suivre sa propre conscience et les enseignements de la foi religieuse à laquelle on croit".

"D'un côté ils combattent les lois qui autoriseraient les organisations rattachées à une religion à n'embaucher que ceux qui observent les enseignements de cette religion", a expliqué Stevens, "et d'un autre côté, dès qu'une de ces organisations embauche des personnes extérieures, ils prétendent qu'il ne s'agit plus d'une organisation religieuse et elle perd sa liberté religieuse et sa liberté de conscience. C'est d'une hypocrisie incroyable mais non surprenante car les défenseurs de l'avortement font tout pour forcer ceux qui ne sont pas d'accord avec leurs points de vue, à accepter leur politique".