Canada: Lettre pastorale de Mgr Berthelet à la communauté catholique sur le mariage

Réponse à un appel du Ministre de la Justice

| 607 clics

CITE DU VATICAN, Mardi 26 novembre 2002 (ZENIT.org) - Le Ministre canadien de la Justice a rendu public, le 7 novembre 2002, un document de travail intitulé : « Mariage et reconnaissance des unions de conjoints de même sexe ». A la suite de cette publication, Mgr Jacques Berthelet, C.S.V., président de la Conférence des évêques catholiques du Canada (www.cccb.ca) a adressé une Lettre pastorale sur le mariage à la communauté catholique du pays.



"Ensemble, comme peuple de Dieu nous serons en mesure d’affirmer, conclut Mgr Berthelet :
« Nous déclarons que le mariage est ce lien unique et exclusif entre une femme et un homme dont l’amour éclate en fécondités jusque dans la mise en ce monde d’enfants.
Nous croyons que la transmission de génération en génération de l'amour matrimonial mille fois communiqué d’un couple à un autre couple, d’une famille à une autre famille, est l’indubitable évidence de la grandeur et de la grâce du mariage. Il mérite le soutien et la protection de la société et de l’Église. »"

Voici le texte intégral de cette lettre, en français.

- Lettre pastorale de Mgr Berthelet -


Le Ministre de la Justice rendait public, le 7 novembre 2002, un document de travail intitulé : « Mariage et reconnaissance des unions de conjoints de même sexe ». Le Ministre a demandé au Comité permanent de la justice et des droits de la personne, de la Chambre des communes, d’étudier la question, d’être à l’écoute des Canadiennes et des Canadiens et de lui faire des recommandations.

En rendant public ce document, l’honorable Martin Cauchon déclarait : « Je suis fermement convaincu qu’il faut encourager la société canadienne à considérer soigneusement, d’une façon ouverte et respectueuse, toutes les conséquences qui peuvent découler du maintien ou de la modification de la notion hétérosexuelle du mariage au Canada. »

En tant que président de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), j’encourage la communauté catholique, et de façon particulière les laïques mariés, à accepter l’invitation du Ministre de la Justice en s’impliquant dans cet important débat public sur la question du mariage, institution sociale essentielle à l’avenir même de la société.

Les couples mariés ont une contribution importante à fournir à l’intérieur de ce dialogue national, parce qu’ils connaissent et comprennent de manière expérientielle le rôle essentiel que joue le mariage, dans le projet d’avoir des enfants et d’en prendre soin, et dans la stabilité de la famille. Cette expérience est confirmée par les plus récentes données de Statistique Canada qui établissent, hors de tout doute, que le mariage est le milieu de vie le plus stable pour élever des enfants. Les statistiques publiées en juillet 2002 démontrent que les unions de fait sont deux fois plus susceptibles de se terminer par une séparation que les mariages.

Le mariage est l’expression d’un engagement personnel profond entre une femme et un homme qui s’aiment. Il est également l’expression d’un engagement social sérieux, d’un couple envers la société et de la société envers le couple lui-même. Le mariage est une union, entre une femme et un homme, qui existe dans toutes les cultures, à travers toutes les civilisations, qui se retrouve dans tous les pays et dans toutes les religions, aussi loin que nous puissions reculer dans l’histoire. C’est la cellule de base de la société, le noyau sociétal duquel naissent et sont élevés les enfants. C’est en raison de ce rôle irremplaçable des couples mariés vis-à-vis « la mise au monde et la prise en charge » d’enfants, que la société s’engage envers eux. Monsieur le Juge Pitfield, dans une décision de la Cour suprême de la Colombie-Britannique, en octobre 2001, illustrait cette dimension sociale du mariage d’une manière particulièrement convaincante :

« L’État a de toute évidence raison d’accorder reconnaissance, préférence et préséance – eu égard à sa nature et à sa spécificité – à ce fondement social juridique, grâce auquel perdure la société. »

Nous savons bien que ce ne sont pas tous les couples mariés qui ont des enfants, que les enfants ne naissent pas tous au sein d’un mariage et, que les partenaires de même sexe peuvent avoir des enfants grâce aux nouvelles technologies. Toutefois, les exceptions ne peuvent justifier l’invalidation de la règle; et les pratiques individuelles ne déterminent pas les raisons d’être d’une institution telle que le mariage – institution qui joue un rôle sociétal fondamental. Quelles que soient les idéologies, les tendances sociales de l’heure et les nouvelles possibilités des technologies, il demeure que de cette réalité biologique inhérente au mariage entre une femme et un homme, à savoir qu’un enfant puisse être conçu, reste inchangée.

Nous accueillons favorablement le fait que le Ministre de la Justice veuille impliquer la population canadienne dans un débat qui, jusqu’à ce jour, se tenait dans les univers clos des cours de justice. Nous encourageons la communauté catholique, particulièrement les laïques mariés vivant au cœur d’une vie matrimoniale, d’exprimer au Ministre, avec respect et conviction, la valeur des dons du mariage qu’ils expérimentent dans leur propre vie et qui sont au service de la croissance à tous les niveaux de leur communauté. Les laïques sont les meilleurs témoins du mariage comme l’assise la plus stable et la plus fiable pour les générations actuelles et futures. L’implication des laïques catholiques dans le processus démocratique est une manière d’intégrer la foi et la culture et se situe au cœur de leur vocation baptismale et de leur mission.

Le document de travail propose trois façons, pour les Canadiennes et les Canadiens, de prendre part au débat : par le biais des audiences publiques du Comité de la Justice, en écrivant au Ministre de la Justice et en écrivant aux membres du Parlement. La CECC, quant à elle, demandera de comparaître devant le Comité permanent de la Justice et nous souhaitons que plusieurs organisations catholiques se prévalent également de ce droit. Sur une base individuelle, les catholiques devraient répondre à l’invitation d’écrire personnellement aux membres du Parlement. Ensemble, comme peuple de Dieu nous serons en mesure d’affirmer :

« Nous déclarons que le mariage est ce lien unique et exclusif entre une femme et un homme dont l’amour éclate en fécondités jusque dans la mise en ce monde d’enfants.

Nous croyons que la transmission de génération en génération de l'amour matrimonial mille fois communiqué d’un couple à un autre couple, d’une famille à une autre famille, est l’indubitable évidence de la grandeur et de la grâce du mariage. Il mérite le soutien et la protection de la société et de l’Église. » (1)

+ Jacques Berthelet
Évêque de Saint-Jean-Longueuil
Président
Conférence des évêques catholiques du Canada

22 novembre 2002

(1) Organisme catholique pour la vie et la famille, « En amour pour la vie! Réflexions sur le sens conjugal, social et religieux du mariage », éd. CECC, 2002