Card. Poupard :"On voudrait globaliser la guerre et on a globalisé la haine"

Anniversaire des attentats: "Un jour noir dans l'histoire de l'humanité"

| 333 clics

CITE DU VATICAN, Mardi 10 septembre 2002 (ZENIT.org) - "On voudrait globaliser la guerre et on a globalisé la haine": le cardinal Paul Poupard, président du Conseil pontifical de la Culture, offrait aujourd'hui à Radio Vatican une analyse sur les événements du 11 septembre et leurs conséquences.



"Un jour noir dans l'histoire de l'humanité, un terrible affront à la dignité de l'homme": c'est en ces termes que Jean-Paul II s'exprimait lors de l'audience générale du 12 septembre 2001, au lendemain des attentats qui ont frappé les Etats-Unis. Le pape évoquera l'événement en s'adressant demain aux visiteurs présents à l'audience générale hebdomadaire, et appellera les fidèles à prier.

Card. P. P. - Je dirais, en somme, que beaucoup de choses se sont intriquées, dans les réactions des gouvernements, des communautés religieuses, des individus, comme on le voit dans le miroir mondial des media: différentes questions sont devenues plus pressantes.

Par exemple: quelle est l'identité de la soi-disant "civilisation occidentale", quelle en sont les valeurs principales, quel rôle effectif a le christianisme dans cette culture? Quel est le rôle des religions dans la société? Il me semble que tout ceci devrait susciter une réflexion plus profonde. Et puis, secundo: quel est le rapport réel aujourd'hui, entre Islam et Christianisme, quel est l'influence du facteur religieux sur les cultures, et comment surmonter les faux stéréotypes sur la soi-disant civilisation chrétienne de l'Occident et les lien entre Islam et terrorisme? Pour sa part, le Saint-Père ne cesse d'aider l'opinion publique à comprendre que le terrorisme n'est pas l'expression de la religion mais de son aberration. Comme de nombreuses soi-disant "valeurs" de la civilisation occidentale actuelle ne sont aucunement des valeurs, mais des "anti-valeurs", bien loin d'être des valeurs chrétiennes, elle sont souvent le refus ou la négation de celles-ci, comme la destruction de la famille, l'exaltation de l'homosexualité, la diffusion de la pornographie, l'immoralité diffuse, l'avortement, la violence gratuite, l'exclusion de Dieu de l'édification de la société: des phénomènes qui suscitent tous dans d'autres civilisations le mépris et même la haine de la société décadente de l'Occident.

R.V. - La culture médiatique respire quotidiennement un air de guerre: entre déclarations belliqueuses et images d'attentats. Le pape ne se lasse pas de rappeler, encore ces jours-ci, que pour combattre toute forme de terrorisme, il faut résoudre des injustices scandaleuses. Mais sa voix semble se perdre dans le vide…

R Card. P. P. - Après avoir parlé de globalisation du terrorisme, il me semble qu'aujourd'hui on voudrait globaliser la guerre et de toute façon l'on réussit à globaliser la haine, au lieu de la civilisation de l'amour souhaitée par Paul VI et par son successeur Jean-Paul II. Le super-pouvoir médiatique et symbolique de la chute des Tours jumelles, répétée tous les jours, produit des effets lancinants et catastrophiques. Il est urgent de proposer d'autres images pour sortir de la spirale de la haine et de la violence.