Catéchiser les jeunes à travers l'art

Itinéraire des Missionnaires de la Révélation divine

| 843 clics

Mère Rebecca Nazzaro, 

Traduction d’Océane Le Gall

ROME, mardi 2 octobre 2012 (ZENIT.org) – « Amour et foi, voyages et conversion, sainteté et martyre, apôtres et primat de Pierre : comment ces mots résonnent-ils dans l’esprit d’un jeune ou, oserions-nous dire, dans son cœur ? » Cette question est au centre de la réflexion des Missionnaires de la Révélation divine qui proposent, en cette Année de la foi, un parcours de foi entièrement consacré aux nouvelles générations et centré sur « l’art et la foi ».

Mère Rebecca Nazzaro, supérieure générale, explique aux lecteurs de Zenit en quoi consiste cet itinéraire.

  «  Il est probablement inconcevable aujourd’hui de faire coexister  la foi et l’amour, comme firent merveilleusement, mais non sans difficultés, les époux Cécile et Valérien », dit-elle.

Elle prend les exemples de Paul et de Pierre : « Il peut paraître encore plus étrange de parler de saint Paul qui, après tous ses voyages pour convertir les païens, en consacrant toute sa vie au Christ, s’est retrouvé seul dans une toute petite prison à écrire ses dernières lignes avant de quitter ce monde et aller rejoindre Jésus. Comment parler de Pierre qui du lac de Galilée se retrouva à Rome, à mourir pour un Homme qui avait dit être le Fils de Dieu et qui avait confié solennellement à ce pauvre pécheur, son Eglise ? Ces personnalités ont-elles encore quelque chose à dire aux jeunes du troisième millénaire ? Elles ont tout quitté, elles ont suivi Jésus-Christ, mais en plus elles l’ont aimé jusqu’à verser leur sang pour Lui. Que veut dire tout cela? Qu’ont bien pu comprendre ces personnes au point d’agir de manière aussi extrême? »

« L’itinéraire que nous proposons aux jeunes catholiques – et pas seulement à eux – consiste, explique-t-elle, à essayer de démontrer par le biais de l’art, comment tout cela n’a pas la saveur du passé mais celle d’un présent tendant vers un futur au-delà de nous. »

Et d’ajouter : « C’est précisément en conduisant nos jeunes sur les lieux où des saints ont vécu et témoigné leur foi que nous donnerons toutes les réponses nécessaires, en cherchant donc à comprendre pourquoi ces saints ont estimé que mourir pour le Christ n’était pas une perte, mais plutôt un « atout »! »