CEI: L´Italie a besoin de stabilité pour déployer son riche potentiel

L´école, la famille, les jeunes…

| 938 clics

CITE DU VATICAN, Vendredi 18 mai 2001 (ZENIT.org) - La "stabilité" et la "concorde": c´est ce que le pape Jean-Paul II a souhaité hier à l´Italie, alors qu´il recevait les participants à l´Assemblée générale de la Conférence épiscopale italienne. Les évêques réfléchissent aux orientations pastorales de l´Eglise en Italien pour la décennie à venir. Le pape demandait en particulier que l´on arrive en Italie à la parité entre école privée et école publique, demandait une vraie politique en faveur de la famille et soulignait l´importance de la pastorale des jeunes.



Cette "stabilité" et cette concorde ont en effet retenu l´attention des media italiens.
Pour ne citer que trois quotidien, le Corriere della Sera dit à la Une: "Wojtyla invoque "stabilité et concorde" et interventions pour la parité scolaire, la famille et la défense de la vie".
L´Avvenire réunit en un seul titre l´affection du pape et du président de la République pour l´Italie: "Chère Italie". Le pape a dit que l´Italie était comme sa "seconde patrie". Le sous-titre explique: "Jean-Paul II souhaite la concorde. Le président fait l´éloge de la maturité".
L´Osservatore Romano qui a bordé son édition de jaune d´or comme les jours de fête, en l´honneur de l´anniversaire de Jean-Paul II choisit comme titre (à la Une également): "L´Italie a besoin de stabilité et de concorde pour pouvoir exprimer au mieux ses grandes potentialités".

"Un facteur décisif pour le présent et pour l´avenir de l´Italie, nécessitant stabilité et concorde, est sans aucun doute la famille", affirmait Jean-Paul II. "Il est indispensable, disait-il que les familles soient toujours plus actives dans l´évangélisation et la vie sociale, afin que sa vraie physionomie soit préservée et son rôle justement reconnu". Sur un ton plus solennel, le pape ajoutait: "Je renouvelle la demande que les droits de la famille fondée sur le mariage, sans la confondre avec les autres formes de cohabitation, soient sauvegardés". Le pape demandait le même engagement en faveur de la vie. "L´engagement en faveur de la famille est inséparable de l´engagement en faveur de la vie humaine", disait le pape.

Mais le pape indiquait aussi comme priorité pastorale la formation des jeunes en disant: "L´éducation des nouvelles générations représente une préoccupation pastorale fondamentale". C´est pourquoi la question scolaire revêt une importance "primordiale". "L´Eglise renouvelle son appel, disait le pape, pour que l´on arrive à une égalité effective entre les écoles publiques et privées, dépassant les vielles conceptions étatiques".

Le pape avait d´abord remercié les évêques pour le "dynamisme spirituel et pastoral" de l´Eglise en Italie. Un dynamisme à l´intérieur d´une société qui souvent vit "comme si Dieu n´existait pas", avec les "risques graves" que cela implique pour la "formation morale" des personnes, observait Jean-Paul II. Il rappelait dans ce cadre la mission des pasteurs d´enseigner la "doctrine" de l´Eglise en matière de foi et de morale. Le pape encourageait entre autre la promotion et la diffusion par les media d´une "culture" et d´un "style de vie" chrétiens.