Célébration de la Passion à Saint-Pierre

Entre sobriété, vénération et silence

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 802 clics

Le pape François a présidé, ce Vendredi Saint 18 avril 2014, la célébration de la Passion à Saint-Pierre, à 17h. Une célébration sobre, animée par le choeur de la chapelle Sixtine.

Après la procession d'entrée solennelle, en silence, le pape revêtu d'une chasuble rouge, couleur liturgique, a accompli le rite de la prostration, exprimant l'adoration et l'abandon à Dieu, en s'étendant sur un tapis devant l'autel. Ce geste est proposé dans la liturgie du Vendredi Saint, mais il est aussi caractéristique des ordinations.

Après la seconde lecture lue en espagnol, l’Évangile de la Passion selon saint Jean a été cantilé en latin par trois diacres, et le pape et l'assemblée se sont agenouillés en silence au moment de la mort du Christ : « Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : 'Tout est accompli.' Puis, inclinant la tête, il remit l'esprit. »

C'est ensuite le P. Raniero Cantalamessa, ofmcap, prédicateur de la maison pontificale, qui a prononcé l'homélie, en bure de franciscain. Centrant sa méditation sur « notre frère Judas », il a invité à « avoir confiance en la miséricorde du Christ » car « le plus grand péché de Judas ne fut pas d’avoir trahi Jésus, mais d’avoir douté de sa miséricorde ».

Le prédicateur a souligné que dans l’histoire de Judas, « ce qui importe le plus, ce n’est pas sa trahison, mais la réponse que Jésus lui donne » : elle doit pousser « à nous rendre à celui qui volontiers pardonne, à nous jeter nous aussi dans les grands bras du crucifié ».

La célébration s'est poursuivie avec l'intercession traditionnelle du Vendredi Saint, prière universelle commune à toutes les églises du monde, « pour l’Église, pour le pape, pour les ministres ordonnés et les fidèles, pour les catéchumènes, pour l'unité des chrétiens, pour les juifs, pour les non-chrétiens, pour ceux qui ne connaissent pas Dieu, pour les gouvernants, pour ceux qui souffrent ».

Par trois fois, l'assemblée et le pape ont vénéré à genoux une grande croix portée par un diacre le long de l'allée centrale, jusqu'au siège du pape, qui se défaisant de sa chasuble, s'est incliné devant elle et l'a embrassée. Puis un à un, les concélébrants, cardinaux, évêques, les diacres, ainsi que les religieux et un groupe de laïcs présents, sont venus vénérer la croix.

Le pape François a ensuite présenté lui-même la croix à l'assemblée pendant quelques instants. La célébration s'est conclue en silence après la communion.