Chaque chrétien en Irlande, « héritier de saint Patrick »

Ce que le bienheureux Jean-Paul II a dit de S. Patrick

| 1229 clics

ROME, vendredi 16 mars 2012 (ZENIT.org) – Au moment où le P. Cantalamessa met en évidence l’héritage théologique et spirituel de S. Grégoire de Nazianze, « maître de la foi en la Trinité », en cette veille de la fête du saint patron de l’Irlande, Patrick, on peut redécouvrir sa fameuse « prière »: elle est un hymne à la « la foi en la Trinité ».

Le bienheureux pape Jean-Paul II a cité le passage le plus connu de cette prière dès son arrivée à l’aéroport de Dublin, le 29 septembre 1979 : « Je suis très heureux de marcher parmi vous — dans les pas de saint Patrick et sur le chemin de l'Evangile qu'il vous a laissé en grand héritage — étant convaincu que le Christ est ici : "Le Christ devant moi. Le Christ derrière moi... Le Christ dans le cœur de chaque homme qui pense à moi, le Christ dans la bouche de chaque homme qui parle de Moi". »

En rencontrant le président Patrick Hillery, le pape a ajouté : « En recevant la foi de saint Patrick, le peuple catholique d'Irlande a accepté également que l'Eglise du Christ est bâtie sur le Roc qu'est Pierre et il a établi avec le Successeur de Pierre ce rapport d'amour qui a toujours été une garantie pour la protection de sa foi ».

Dans son discours du même jour au Corps diplomatique présent à Dublin, Jean-Paul II a développé sa réflexion sur le témoignage rendu au Christ par S. Patrick : « Saint Patrick fut le premier Primat d'Irlande. Mais il fut surtout celui qui sut mettre dans l'âme irlandaise une tradition religieuse si profonde que chaque chrétien en Irlande peut à juste titre se dire l'héritier de saint Patrick ».

« C'était un Irlandais authentique, a continué le pape, c'était un chrétien authentique: le peuple irlandais a su garder intact cet héritage à travers des siècles de défis, de souffrances et de bouleversements sociaux et politiques, devenant ainsi un exemple pour tous ceux qui croient que le Message du Christ développe et renforce les aspirations les plus profondes des peuples à la dignité, à l'union fraternelle et à la vérité. »

Le Martyrologe romain indique le 17 mars que l’évêque saint Patrick, est né en Grande Bretagne et, qu’il fut capturé par des pirates irlandais. Mais après avoir été libéré, il voulut devenir prêtre et retourna en Irlande, pour se consacrer sa vie à l’évangélisation de l’île.

Ordonné évêque, il travailla à faire connaître le Christ, dans la situation sociale et politique du pays et il organisa solidement l’Église. Il s’éteignit à Down, en 461.

Prière de S. Patrick

Je me lève aujourd’hui,
par une force puissante, 
l’invocation à la Trinité, 
la foi en la Trinité,
 la confession de l’unité du Créateur du monde.

Je me lève aujourd’hui,
 par la force de la naissance du Christ et de son baptême, 
la force de sa crucifixion et de sa mise au tombeau,
 la force de sa résurrection et de son Ascension,
 la force de sa venue au jour du jugement.

Je me lève aujourd’hui, 
par la force des ordres des chérubins,
 dans l’obéissance des anges,
 dans le service des archanges,
 dans l’espoir de la Résurrection,
 dans les prières des patriarches, 
dans les prédictions des prophètes, 
dans les prédications des Apôtres, 
dans les fidélités des confesseurs,
 dans l’innocence des vierges saintes, 
dans les actions des hommes justes.

Je me lève aujourd’hui par la force du ciel,
 lumière du ciel, 
lumière du soleil,
 éclat de la lune,
 splendeur du feu,
 vitesse de l’éclair,
 rapidité du vent,
 profondeur de la mer,
 stabilité de la terre, 
solidité de la pierre.

Je me lève aujourd’hui,
 par la force de Dieu pour me guider, 
puissance de Dieu pour me soutenir,
 intelligence de Dieu pour me conduire, 
oeil de Dieu pour regarder devant moi,
 oreille de Dieu pour m’entendre,
 parole de Dieu pour parler pour moi,
 main de Dieu pour me garder, 
chemin de Dieu pour me précéder,
 bouclier de Dieu  pour me protéger,
 armée de Dieu pour me sauver : 
des filets des démons,
des séductions des vices,
 des inclinations de la nature,
 de tous les hommes qui me désirent du mal,
 de loin et de près,
 dans la solitude et dans une multitude.

J’appelle aujourd’hui toutes ces forces
entre moi et le mal,
 contre toute force cruelle impitoyable
qui attaque mon corps et mon âme,
 contre les incantations des faux prophètes,
 contre les lois noires du paganisme, contre les lois fausses des hérétiques, 
contre la puissance de l’idolâtrie, 
contre les charmes des sorciers,
 contre toute science qui souille le corps et l’âme de l’homme.

Que le Christ me protège aujourd’hui :
contre le poison, contre le feu, 
contre la noyade, contre la blessure,
 pour qu’il me vienne une foule de récompenses.

Le Christ avec moi, 
le Christ devant moi, 
le Christ derrière moi, 
le Christ en moi,
 le Christ au-dessus de moi, 
le Christ au-dessous de moi, 
le Christ à ma droite, 
le Christ à ma gauche,
 le Christ en largeur,
 le Christ en longueur, 
le Christ en hauteur, 
le Christ dans le coeur de tout homme qui pense à moi,
 le Christ dans tout oeil qui me voit,
 le Christ dans toute oreille qui m’écoute.


Je me lève aujourd’hui, 
par une force puissante,
 l’invocation à la Trinité, 
la foi en la Trinité,
la confession de l’unité du Créateur du monde.

Au Seigneur est le salut,
 au Christ est le salut,
 que ton salut Seigneur soit toujours avec nous.

Amen ! Amen ! Amen !