Chine/Hongkong: La défense de la vie unit les chrétiens

Les chrétiens réagissent à une vague de suicides sans précédent

| 950 clics

CITE DU VATICAN, Vendredi 31 mai 2002 (ZENIT.org ) - A Hongkong, pour répondre à une vague de suicides sans précédent, les croyants de tous bords unissent leurs efforts pour la défense de la vie, inique la revue des Missions étrangères de Paris, Eglises d´Asie, dans son numéro du 1er juin (eglasie.mepasie.org).



Face à la vague de suicides sans précédent que connaît Hongkong, la communauté catholique ainsi que d’autres communautés religieuses ont lancé un mouvement de défense de la vie parmi leurs fidèles. Sur les 1 000 suicides enregistrés en 2001, beaucoup peuvent être attribués à la crise économique que traverse Hongkong depuis quelque temps. Les cas de parents tuant leurs propres enfants avant de mettre fin à leurs jours ne sont pas rares.

Entre avril 2001 et avril 2002, onze cas de suicides ont entraîné la mort de quinze enfants mineurs. Durant le seul mois d’avril de cette année, trois cas semblables ont été enregistrés. Les analystes constatent que ceux qui ont décidé de mourir avec leurs enfants sont passés à l’acte après un divorce où ils avaient perdu la garde de leurs enfants. Certains ont laissé des messages expliquant leur geste et leur décision de tuer leurs enfants pour se venger ou par crainte de les savoir malheureux et abandonnés de tous après leur mort.

En réponse à cette détresse, l’Eglise catholique à Hongkong a organisé du 5 au 12 mai derniers “ Une semaine pour la vie ” pour sensibiliser les gens au problème de la vie, la leur et celle de leurs enfants. Le 11 mai, une centaine de catholiques du Centre de la communauté Ngau Tau Kok ont défilé pour “ L’amour de la vie ” et distribué des brochures au public “ Croire en la vie ”.

Des tracts ont été imprimés portant la liste des lignes téléphoniques ouvertes 24 heures sur 24 et offrant un service d’écoute, des lignes animées tant par l’Eglise catholique que par d’autres organisations. Sur ces tracts, on pouvait lire le message suivant : “ Je dois avoir le souci de mes jeunes enfants. Je peux dépasser les difficultés. Je peux m’en sortir ”. L’hebdomadaire diocésain Kung Kao Po a traité des problèmes des personnes en détresse et de leur urgent besoin d’aide et de conseils.

Le 5 mai, les paroissiens de St Pierre ont exposé des œuvres d’art et des slogans imaginés par eux pour magnifier la vie. A cette occasion, le P. Lawrence Yiu Shun-kit, leur curé, a souligné combien les pressions économiques étaient en partie à l’origine de cette vague de suicides, disant : “ Les gens sont plus pessimistes et moins à même de lutter. Leurs espoirs se sont émoussés ”.

Le 12 mai, le jour de la Fête des Mères, les responsables bouddhistes de Hongkong ont convié leurs fidèles à “ privilégier ” la vie au cours d’une cérémonie au monastère Po Lin à l’occasion de l’anniversaire de la naissance de Bouddha. L’Eglise évangélique luthérienne de Hongkong a, pour sa part, lancé une campagne intitulée “ Des anges parmi nous ”, le 22 avril, pour essayer de répondre à cette vague suicidaire. “ Au départ nous pensions recruter un millier de volontaires, des ‘anges’, de toutes conditions sociales. Les réponses ont dépassé nos espérances puisque 7 000 personnes se sont engagées ”, a expliqué Lin Siu-sau, directeur du Centre d’éducation dénommé “ Des anges parmi nous ”, précisant : “ Tout en recrutant des volontaires et en les formant, nous voulons aussi promouvoir une culture d’aide mutuelle. Nous espérons que notre mouvement réveillera notre société et que les désespérés trouveront de l’aide grâce à nous ”.

Les nouvelles recrues apprennent à découvrir leurs propres qualités, à exposer leurs problèmes, à apprendre à discerner les “ symptômes ” d’une vraie détresse et à alerter les professionnels capables d’aider cette personne. “ Nos recrues, a enfin expliqué Lin, signent chacune une ‘Promesse de fidélité à la vie’ par laquelle elles acceptent d’observer et de mettre en pratique huit clauses pour privilégier la vie. Au bout de deux semaines, chaque ‘ange’ doit avoir trouvé dix autres personnes susceptibles de signer le même engagement. Chaque volontaire tient un journal de bord et note ses actions personnelles ”.