Chine : le nouvel évêque auxiliaire de Shanghai crée la surprise

« Je consacrerai toute ma vie à bâtir l'unité »

| 1798 clics

Anita Bourdin

ROME, mardi 10 juillet 2012 (ZENIT.org) –  Mgr Ma Daqin, ordonné évêque auxiliaire de Shanghai le 7 juillet, a créé la surprise à l'issue de son ordination épiscopale en démissionnant de l’Association patriotique, rapporte « Eglises d’Asie » (EDA), l’agence des Missions étrangères de Paris, dans une dépêche de ce 10 juillet : « Je consacrerai toute ma vie à bâtir l’unité », a-t-il déclaré.

L’évêque a en effet pris la parole à l’issue de la célébration, dans la cathédrale de Shanghai, pour annoncer qu’il se retirait de l’Association patriotique des catholiques chinois dans son désir de mieux s’inscrire dans la « communion de l’Eglise catholique ».

La sanction des autorités chinoises ne s’est pas faite attendre : ses mouvements sont limités et il lui est interdit d’exercer son ministère épiscopal.

Mais Rome salue le nouvel évêque dans une déclaration de la Congrégation pour la doctrine de la foi qui invite le gouvernement chinois au dialogue (cf. l’article ci-dessus, et le texte intégral dans les « Documents »).

« Eglises d’Asie » publie cette traduction du discours de remerciement de Mgr Ma Daqin, scandé par des applaudissements de l’assemblée:


Excellence Mgr Jin [Luxian], mes frères et sœurs,

Salutation à tous.

Notre Père qui êtes aux cieux, merci pour vos bénédictions. Vous m’avez prodigué votre grâce sans compter et, aujourd’hui, vous m’avez choisi, moi, pauvre homme, faible créature.

Je remercie Dieu pour le don de sa grâce. Je vous remercie, vous, Mgr Jin, d’être venu m’ordonner malgré la chaleur de l’été. Je remercie également les deux évêques co-consécrateurs, Mgr Xu [Honggen] et Mgr Shen [Bin]. Mgr Jin, c’est le cœur ouvert que je reçois l’imposition de vos mains et votre bénédiction.

Merci aussi aux évêques, aux prêtres, ainsi qu’aux séminaristes et aux religieuses, aux fidèles qui ont pris place dans cette église, tout particulièrement à ceux qui viennent de loin. Votre présence me donne confiance et force. Sans cesse, vous avez prié pour notre diocèse et pour moi, serviteur humble et limité. Enfant, mes parents et les personnes âgées de ma famille m’ont enseigné la tradition de l’Eglise et transmis la foi. Depuis que je suis entré au séminaire, j’ai reçu l’éducation catholique classique que nos ancêtres et prédécesseurs ont observée. Je travaillerai sans relâche et consacrerai toute ma vie à suivre l’exemple du Christ afin de devenir un bon pasteur.

Permettez-moi aussi de remercier les prêtres, les religieuses, les séminaristes et les laïcs qui ne sont pas présents à cette messe ; ils n’ont pas pu se joindre à nous faute de place ou pour d’autres raisons. Dieu ne regarde pas les apparences mais lit dans les cœurs, là où la justice est révélée. L’homme propose, mais c’est bien Dieu qui dispose. Je voudrais vous dire : ‘Je vous aime ! Prions les uns pour les autres !’ [applaudissements]

La devise qui est inscrite sur mes armes d’évêque est tirée de deux citations bien connues. La première correspond à ce que Mgr Jin nous a toujours enseigné durant nos années de séminaire. C’est une citation tirée de saint Ignace : Ad majorem Dei gloriam (‘Pour la plus grande gloire de Dieu’). En ce moment précis, en ce lieu, il nous appartient de choisir un chemin qui servira Dieu pour sa plus grande gloire.

La deuxième citation que j’ai choisie est : « Nous sommes un ». J’espère que chacun, dans notre cœur, nous répondrons à l’appel de Jésus à ses apôtres : « Que tous soient un ! ». Je consacrerai toute ma vie à bâtir l’unité.

A la lumière de ce que nous a enseigné notre Sainte Mère l’Eglise, que je sers désormais en tant qu’évêque, il me faudra consacrer toute mon énergie au ministère épiscopal et au travail d’évangélisation. Il est donc gênant pour moi de continuer d’assumer certaines responsabilités. C’est pourquoi, à partir de ce moment de mon ordination, il n’est désormais plus souhaitable pour moi d’être membre de l’Association patriotique [des catholiques chinois].

[longs applaudissements]

Que nous puissions être un. Pour la plus grande gloire de Dieu !

© EDA pour la traduction