Chine : Mgr Ma Daqin inquiété par les autorités

La liberté religieuse en question

| 1485 clics

ROME, jeudi 12 juillet 2012 (ZENIT.org) – Le nouvel évêque auxiliaire de Shanghai, ordonné le 7 juillet 2012, est sous le coup d’une enquête, rapporte « Eglises d’Asie » (EDA), l’agence des Missions étrangères de Paris, dans une dépêche du 11 juillet.

Un communiqué de l’Association patriotique des catholiques chinois et de la Conférence des évêques « officiels » de Chine a annoncé qu’une enquête avait été ouverte au sujet de l’ordination de l’évêque auxiliaire de Shanghai, Mgr Thaddée Ma Daqin.

Selon ces instances, l’ordination est « soupçonnée d’avoir gravement enfreint les règlements de la Conférence épiscopale de Chine à propos de l’élection et de l’ordination des évêques ». Cinq des six évêques qui étaient présents dans la cathédrale pour la cérémonie ont été convoqués à Pékin pour y être interrogés.

Pour EDA, l’enquête concerne la déclaration de Mgr Ma Daqin, à l’issue de la célébration: il a annoncé publiquement se démettre de ses fonctions au sein de l’Association patriotique : « Je consacrerai toute ma vie à bâtir l’unité », a-t-il déclaré à cette occasion (cf. Zenit du 10 juillet 2012).

Le degré de liberté dont jouit aujourd’hui Mgr Ma Daqin est incertain, précise la même source : après la cérémonie d’ordination, il a été emmené par un groupe non identifié.

Le lendemain, son absence à la messe d’action de grâce a inquiété les catholiques de Shanghai, et la rumeur a couru de son arrestation ou de son placement en résidence surveillée au grand séminaire de Sheshan, à proximité de Shanghai.

A Pékin, les dirigeants du Front uni, l’instance qui supervise les organisations autres que le Parti communiste, ont convoqué les présidents de l’Association patriotique et de la Conférence épiscopale « officielle ». La prise de position de Mgr Ma Daqin est pour eux « inacceptable », indique EDA.

De sons côté, la Commission ‘Justice et Paix’ du diocèse catholique de Hongkong a organisé une manifestation de soutien à Mgr Ma Daqin, le 11 juillet.

Lors d’une conférence de presse ce 12 juillet à Rome, le P. Lombardi a exprimé sa « peine », qu’une ordination légitime, avec le mandat pontifical, et acceptée par les autorités chinoises, ait causé de tels troubles. Il ajoute : « A la joie et à la satisfaction, succède la peine pour une situation qui n’est pas positive ».