« Chrétiens du Moyen-Orient, comment nourrir l'espérance ? »

Intentions de prière de Benoît XVI pour janvier 2013

Rome, (Zenit.org) P. Frédéric Fornos, sj | 1817 clics

« Chrétiens du Moyen-Orient, comment nourrir l’espérance ? », interroge le P. Frédéric Fornos, s.j., directeur de l’Apostolat de la prière pour la France et coordinateur pour l’Europe, dans son commentaire de l’intention de prière « missionnaire » de Benoît XVI pour le mois de janvier 2013.

Chaque mois le pape Benoît XVI confie aux catholiques deux intentions de prière, deux défis qu’il discerne pour le monde et la mission de l’Eglise, à savoir pour janvier 2013 :

Intention de prière universelleLa foi des chrétiens
Pour qu'en cette « année de la foi », les chrétiens puissent approfondir la connaissance du mystère du Christ et témoigner avec joie de leur foi. (Commentaire ici : http://www.apostolat-priere.org/index.php/derniere-minute.html )

Intention de prière missionnaire - Les chrétiens du Moyen-Orient
Pour que les communautés chrétiennes du Moyen-Orient reçoivent du Saint-Esprit la force de la fidélité et de la persévérance, particulièrement lorsqu'elles sont discriminées. 

« Chrétiens du Moyen-Orient, comment nourrir l’espérance ? »

Le « printemps arabe » avec ses contrecoups, dont l’islamisation politique, ainsi que les discriminations quotidiennes, allant parfois jusqu’à la persécution, accélère l’exode des chrétiens du Moyen-Orient. Les médias s’en font l’écho régulièrement. Ils ne représenteraient plus que 5% de la population contre 20% il y a un siècle. Est-ce la fin des chrétiens d’Orient, « berceau du christianisme » ?   

-----------

En septembre dernier, le Pape s’adressait aux jeunes chrétiens libanais en les exhortant à ne pas « goûter au miel amer de l’émigration… ». Tout en comprenant les raisons de l'exode des chrétiens du Moyen-Orient, il encourageait cependant ceux qui désirent rester à persévérer dans la foi : « Alors que par nécessité, lassitude ou désespoir des catholiques natifs du Moyen-Orient se décident au choix dramatique de laisser la terre de leurs aïeux, leur famille et leur communauté croyante, d’autres, au contraire pleins d’espérance, font le choix de rester dans leur pays et dans leur communauté. Je les encourage à consolider cette belle fidélité et à demeurer fermes dans la foi ». – LIBAN septembre 2012

Le Synode des patriarches et évêques du Moyen-Orient, en octobre 2012, avait déjà sonné l’alarme sur la précarité de la situation des chrétiens dans la région et le départ des jeunes pour des raisons économiques ou religieuses. On peut comprendre le souci du Pape Benoît XVI, qui devant cet exode, incite les chrétiens à rester sur cette terre, à être le levain évangélique dans la pâte, malgré les difficultés et parfois les situations dramatiques qu’ils traversent, comme en Syrie.

Cette terre est celle où sont nées les trois grandes religions monothéistes : le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam. C’est la terre d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, la terre des prophètes, et où est né de Marie le Fils Unique, Jésus-Christ. C’est cette terre que Iéshoua de Nazareth a respirée et aimée, c’est là qu’il a vécu, qu’il est mort et ressuscité. L’Eglise y est née.

Depuis le temps de Jésus jusqu’à nos jours, les chrétiens ont toujours été présents au Moyen-Orient. En Syrie, on utilise encore l’araméen dans la liturgie, la langue parlée par Jésus. L’Eglise du Christ s’exprime au Moyen-Orient dans une grande diversité de traditions liturgiques, spirituelles, culturelles et disciplinaires. Connaissons-nous l’histoire des Eglises orientales catholiques, la beauté de leurs liturgies et la richesse de leurs traditions ? Je dois avouer que malgré mon intérêt pour les Pères de l’Eglise orientale et les premiers temps du christianisme, je les connais moi-même bien peu. Pourtant je suis certain que nous avons besoin d’eux pour retrouver en Europe le souffle spirituel des premières communautés chrétiennes.

Il ne s’agit pas de prier pour que ces frères et sœurs en Christ restent dans leur pays du Moyen-Orient malgré leur situation souvent difficile, voire dramatique, mais pour que le Saint-Esprit donne, à ceux qui restent, par choix ou parce qu’ils ne peuvent pas faire autrement, la force de la fidélité et de la persévérance à vivre l’Evangile de Jésus-Christ. C’est ce que nous dit très bien, en cette « année de la foi » le père Ziad Hilal, jésuite à Homs – NEWS.VA (LIEN http://www.news.va/fr/news/noel-en-syrie-au-plus-pres-des-populations-civiles )

La prière semble dérisoire et pourtant elle ouvre « des chemins dans la mer » (Psaume 76). En ce début d’année 2013, rendons-nous proches des communautés chrétiennes du Moyen-Orient par la prière, mais aussi par la solidarité et en cherchant à mieux les connaître. Ils ont besoin de nous, nous avons besoin d’eux.

Père Frédéric Fornos, jésuite

« Voici, mon fils, un commandement que je te donne :
que la miséricorde l'emporte toujours dans ta balance,
jusqu'au moment où tu sentiras en toi la miséricorde que Dieu éprouve envers le monde. »
 - Saint Isaac le Syrien né env. 640 au Quatar, † env. 700 en Syrie

L’Apostolat de la prière est le service officiel des intentions de prière du Pape :
www.apostolat-priere.org