Chypre : Discours de Benoît XVI à son arrivée à l'aéroport de Paphos

Texte intégral

| 1881 clics

ROME, Vendredi 4 juin 2010 (ZENIT.org) - Nous publions ci-dessous le texte du discours que le pape Benoît XVI a prononcé à son arrivée à l'aéroport de Paphos, à Chypre, ce vendredi en début d'après-midi.

* * *

Monsieur le Président,

Béatitude Chrysostomos,

Béatitudes et Excellences,

Illustres Autorités,

Mesdames et Messieurs,

En grec [Je vous salue ! La paix soit avec vous ! C'est un grand plaisir d'être avec vous aujourd'hui.]

Monsieur le Président, je vous suis reconnaissant pour votre aimable invitation à visiter la République de Chypre. Je vous exprime mes salutations cordiales, à Vous, au Gouvernement, aux hommes et aux femmes de cette nation, et je vous remercie pour vos chaleureuses paroles de bienvenue. Je me rappelle aussi avec gratitude votre récente visite au Vatican et j'attends avec plaisir notre rencontre de demain à Nicosie.

Chypre est au carrefour de cultures et de religions, d'histoires anciennes et épiques qui conservent encore un impact important et visible dans la vie de votre pays. Entrée récemment dans l'Union Européenne, la République de Chypre a commencé à percevoir les avantages de posséder des liens économiques et politiques plus étroits avec les autres pays européens. Cette adhésion a déjà permis à votre pays d'accéder à des marchés, à de la technologie et à du savoir-faire. Il est vivement souhaitable que cette appartenance contribue à la prospérité chez vous, et que les autres pays européens puissent, à leur tour, s'enrichir de votre héritage spirituel et culturel qui reflète votre rôle historique, favorisé par votre position entre l'Europe, l'Asie et l'Afrique. Puissent l'amour pour votre patrie et pour vos familles, et le désir de vivre en harmonie avec vos voisins sous la protection bienveillante du Dieu tout-puissant, vous inspirer dans vos efforts patients pour résoudre les problèmes restés en suspens que vous partagez avec la Communauté internationale concernant l'avenir de votre île.

En mettant mes pas dans ceux de nos pères communs dans la foi, les saints Paul et Barnabé, je viens parmi vous comme un pèlerin et comme le serviteur des serviteurs de Dieu. Depuis que les Apôtres ont porté le message chrétien sur ces côtes, Chypre a été bénie par un grand héritage chrétien qui a résisté au temps. Je salue, comme un frère dans la foi, Sa Béatitude Chrysostomos II, Archevêque de Nouvelle Justinienne et de tout Chypre ; j'attends avec joie de rencontrer bientôt beaucoup de chrétiens de l'Église Orthodoxe de Chypre.

C'est aussi avec impatience que j'attends de pouvoir saluer les autres responsables religieux chypriotes. J'espère pouvoir contribuer au renforcement de nos liens de communion et réaffirmer la nécessité de faire croître davantage la confiance réciproque et l'amitié durable entre ceux qui adorent le Dieu Unique.

Comme Successeur de Pierre, je viens rencontrer d'une manière particulière les Catholiques de Chypre, les affermir dans leur foi (Lc 22,32) et les encourager à être des chrétiens et des citoyens exemplaires, en jouant pleinement leur rôle dans la société pour le bien de l'Église et de l'État.

Durant mon séjour parmi vous, je remettrai l'Instrumentum laboris, un document de travail pour préparer l'Assemblée spéciale du Synode des Évêques pour le Moyen-Orient, qui se réunira prochainement à Rome. Cette Assemblée examinera plusieurs aspects de la présence de l'Église dans cette région et les défis que les catholiques affrontent, parfois dans des circonstances éprouvantes, en exprimant visiblement leur communion au sein de l'Église Catholique et en donnant leur témoignage dans le service de la société et du monde. Chypre est donc un lieu approprié pour lancer la réflexion de l'Église sur la pluri-centenaire Communauté catholique au Moyen-Orient, pour exprimer notre solidarité avec tous les Chrétiens de la région et notre conviction qu'ils ont un rôle irremplaçable à jouer pour la paix et la réconciliation auprès de tous les peuples qui y vivent.

Monsieur le Président, chers amis, par ces réflexions, je confie mon pèlerinage à Marie, Mère de Dieu, et à l'intercession des saints Paul et Barnabé.

En grec [Que Dieu bénisse le Peuple chypriote. Que la Sainte Vierge vous protège toujours !]

© Copyright Libreria Editrice Vaticana

Traduction de l'original en anglais et grec distribué par le bureau de presse du Saint-Siège