Chypre, « une partie de la Terre Sainte »

Rencontre avec S.B. Chrysostomos II

| 1428 clics

ROME, Samedi 5 juin 2010 (ZENIT.org) - « Chypre est traditionnellement considérée comme une partie de la Terre Sainte », a souligné Benoît XVI lors de sa visite au siège épiscopale de l'archevêque orthodoxe de Nouvelle Justinienne et de tout Chypre, S. B. Chrysostomos II.

Le pape a visité le musée des icônes, la chapelle privée de l'archevêque et sa résidence, mais il s'est aussi recueilli devant le monument érigé à Makarios III (cf. ci-dessus, discours au corps diplomatique).

Une rencontre sous le signe, a dit le pape de « l'affection fraternelle dans le Seigneur Ressuscité » et d'un « accueil chaleureux ».

Le pape a rappelé la visite de l'archevêque à Rome, en juin 2007, et il a salué aussi le synode, le clergé et les fidèles orthodoxes, remerciant spécialement pour deux événements.

Pour « l'hospitalité ... accordée, l'année dernière, à la Commission Mixte Internationale, lors de sa rencontre à Paphos » et l'engagement de l'Eglise de Chypre pour « le dialogue ».

A ce propos, le pape a exprimé ce vœu de marcher vers l'unité : « Que l'Esprit Saint guide et raffermisse cet engagement hautement ecclésial pour la restauration d'une communion pleine et visible entre les Églises Orientales et Occidentales, une communion qui doit être vécue dans la fidélité à l'Évangile et à la tradition apostolique, dans le respect des traditions propres à l'Orient et à l'Occident, et dans l'ouverture à la diversité des dons par lesquels l'Esprit fait croître l'Église dans l'unité, la sainteté et la paix ».

Le pape a aussi remercié l'Eglise orthodoxe de Chypre pour sa solidarité avec L'Aquila lors du séisme de 2009, «  et dont les besoins », a dit le pape, « me tiennent à cœur ».

Benoît XVI voit dans ce geste la capacité des Chypriotes de vivre dans le même esprit la situation actuelle de l'île, divisée et occupée depuis 1974 sur un tiers de son territoire : « Dans ce même esprit, je vous rejoins maintenant dans la prière pour qu'avec l'aide de Dieu, tous les habitants de Chypre aient la sagesse et la force nécessaires pour travailler ensemble à un juste règlement des problèmes restés jusque là sans solution, pour rechercher la paix et la réconciliation, et pour construire à l'intention des générations futures une société caractérisée par le respect des droits de tous, y compris les droits inaliénables à la liberté de conscience et de culte ».

Pour ce qui est des liens entre Chypre la la Terre Sainte, le pape a ajouté : « Personne ne peut rester indifférent aux multiples besoins des chrétiens de cette région en conflit, afin que ces anciennes Églises puissent vivre dans la paix et dans la prospérité ».

Anita S. Bourdin