Clergé et pédophilie aux Etats-Unis: sommet au Vatican les 23-24 avril

Quelle prévention?

| 542 clics

CITE DU VATICAN, Mardi 16 avril 2002 (ZENIT.org) - A propos de cas de pédophilie dans le clergé catholique aux Etats-Unis, une réunion est convoquée au Vatican les 23-24 avril.



Après une première annonce par Mgr Wilton Daniel Gregory, président de la conférence des évêques des Etats-Unis, la rencontre est annoncée par un communiqué publié aujourd´hui par la salle de presse du Saint-Siège.

Il s´agit d´une rencontre à laquelle participeront les treize cardinaux des Etats-Unis d´Amérique et les préfets des congrégations romaines pour le Clergé, le cardinal Darío Castrillón Hoyos, pour la Doctrine de la Foi, le cardinal Joseph Ratzinger, et pour les Evêques, le cardinal Giovanni Battista Re.

Rappelons qu´en janvier dernier, Jean-Paul II a confié à la congrégation pour la doctrine de la foi la compétence canonique, pour les procès en appel, des cas de pédophilie et d´abus sexuels imputés à des ecclésiastiques.

L´objet de la rencontre indiqué par le communiqué est: "L´examen des problèmes qui se sont créés dans l´Eglise des Etats-Unis à la suite des scandales liés à la pédophilie, et l´indication de lignes de conduite dans le but de redonner sécurité et sérénité aux familles et confiance au clergé et aux fidèles".

L´annonce de l´initiative a été précédée d´une conférence de presse donnée à Rome, samedi dernier, 13 avril, par Mgr Gregory, à la fin de la rencontre semestrielle que lui et ses plus étroits collaborateurs ont eu au Vatican avec le pape et les chefs de dicastères romains.

Mgr Gregory a indiqué à cette occasion que l´on a parlé de manière "diffuse" de l´atmosphère de crise qui s´est créée dans son pays à la suite des abus commis par tel élément du clergé local.

Il a souligné la grande préoccupation de la part du pape et de la curie, et le désir de soutenir l´Eglise des Etats-Unis dans ses efforts pour affronter cette crise, de là, disait-il, l´idée d´une rencontre.

"Nous partageons, disait Mgr Gregory, le désarroi des fidèles. Parce que le fait qu´un prêtre puisse faire du mal à quelqu´un, spécialement à un enfant, est en complète contradiction avec tout ce que l´Eglise est appelée à être et est effectivement".

Les diocèses des Etats-Unis, précisait l´évêque, encouragés en cela par la conférence épiscopale, développent depuis une dizaine d´années des mesures de prévention et de suspension des prêtres qui ne sont pas psychologiquement adaptés à leur ministère. En effet, les codes de droit canon prévoient des sanctions allant jusqu´à l´interdiction de l´exercice du ministère.

Des choix opposés faits dans le passé - c´est-à-dire, redonner une charge pastorale à un prêtre qui s´est rendu coupable d´un abus sur un mineur - se sont souvent révélés des "décisions tragiques", constatait Mgr Gregory, même lorsque le maintien dans le ministère s´est accompagné d´un suivi thérapeutique ayant des résultats rassurants.

Des nouvelles approches préventives du problème sont par ailleurs actuellement en discussion, mais, ajoutait l´évêque, "il n´existe pas de politiques, de procédures, ni de protocoles qui puissent nous protéger complètement de la dépravation".

Il rappelait qu´il faut par conséquent une "vigilance constante" et des initiatives encore plus fortes pour "éradiquer le crime abominable" de la pédophilie dans l´Eglise et dans la société américaine.

Ce qui est cependant appelé à demeurer, commentait Mgr Gregory, c´est le remord des évêques pour les victimes des abus, et la douleur avec laquelle ces dernières devront vivre toute leur vie. "Aucune excuse ne peut effacer tout cela", concluait le président de la conférence épiscopale, et nous ne devons jamais cesser de nous souvenir d´elles, d´aller à leur rencontre, de leur demander pardon".

L´issue de la rencontre de la semaine prochaine au Vatican et les mesures qui seront envisagées pourraient avoir un impact sur toute l´Eglise, et en particulier une déclaration de Jean-Paul II.