Colombie: “Avec la patience du potier”, l’éducation pour la paix

| 304 clics

CITE DU VATICAN, Mardi 11 février 2003 (ZENIT.org) – Un Jésuite de Colombie explique : “Aujourd'hui plus que jamais, l'éducation pour la paix doit constituer l'axe central de notre mission”.



Le P. P. Horacio Arango SJ, Provincial de la Colombie, témoigne, à l'occasion de la fête de saint Pierre Claver, patron des droits de l'homme en Colombie, de la nécessaire lutte contre la pauvreté, au moment où la Colombie vient d’être victime d’un grave attentat (cf. Ci-dessus, le télégramme de Jean-Paul II).

« En Colombie, il y a des années que nous enregistrons les horreurs de la guerre et d'autres formes, non moins graves, de violence profondément enracinées dans nos pratiques quotidiennes”, explique le P. Arango.

“Nous connaissons de la façon la plus brutale ce que signifient les ruptures des pourparlers de paix et l'échec décourageant des tentatives de solution négociée pour mettre fin au conflit armé”, continue le Jésuite.

Il témoigne de l’engagement dans la lutte contre la pauvreté et l’injustice: “Dans nos Centres sociaux, à l'Université et jusque dans les paroisses, la pauvreté, cette plaie ouverte de l'Amérique latine que nous considérons contraire au plan de Dieu, ne cesse de nous pousser à relever le défi du travail pour l'insertion, la justice et l'équité”.

Pourtant, il constate: “Mais aujourd'hui il y a plus de pauvres gens avec moins d'espérance. Que pouvons-nous apprendre de cette réalité ? Peut-être que Dieu nous apprend que l'amour gagne à travers de petites réalisations, des conquêtes à peine visibles, des processus lents avec beaucoup des revers et des échecs. Peut-être que le message de Dieu est de valeur incommensurable pour découvrir ce qui est possible dans les conditions les plus défavorables”.

Le Jésuite souligne la nécessité d’une “éducation pour la paix”: “Aujourd'hui plus que jamais, l'éducation pour la paix doit constituer l'axe central de notre mission. La culture du soupçon, les polarisations, les privations que subissent les plus pauvres et les douleurs de la guerre dessinent un scénario sombre et troublé. En ces circonstances, nous avons à annoncer le Seigneur Jésus et à proclamer son message de fraternité et de paix, ils sont chemins de notre salut”.

“Nous devons d'abord vivre cela nous-mêmes, insiste le P. Arango: notre annonce sera crédible si nous vivons la pauvreté choisie comme une expression de la solidarité et si nous soumettons à la critique une culture que nourrit la haine et la violence. Notre mission ne peut se réaliser sans une profonde unité et solidarité entre nos oeuvres et entre nous et les laïcs, hommes et femmes, qui partagent nos travaux. Rien ne sera possible sans la présence renouvelée de Jésus au milieu de nous pour inspirer et fortifier tout ce que nous faisons”.

Cet extrait est publié en français par le bulletin “HEADLINES” disponible en français, anglais, espagnol et italien (courrier à : sjs.headlines@sjcuria.org). La lettre du P. Arango se trouve en espagnol à l’adresse: www.sjweb.info