Colombie : Fides condamne le « vil assassinat » du père Orozco

Une « grave crise des valeurs humaines et chrétiennes »

| 1502 clics

ROME, Mercredi 16 février 2011 (ZENIT.org) - Le « vil assassinat » du père Orozco en Colombie « démontre la grave crise des valeurs humaines et chrétiennes » : l'agence vaticane Fides fait le point sur l'événement.

Le père Luis Carlos Orozco Cardona, 26 ans, a été tué à Rio Negro (Antioquia) le samedi 12 février au soir. La nouvelle a été confirmée par une note envoyée à l'Agence Fides par la Conférence épiscopale de Colombie.

Un jeune homme armé aurait fait feu sur le prêtre, qui était vicaire de la cathédrale du diocèse de Sonson-Rionegro, dans la foule.

Le prêtre, gravement blessé, a été emmené à l'hôpital Saint Jean de Dieu de Rionegro où, malgré les efforts des médecins, il est mort à l'aube du 13 février alors que lui était pratiquée une intervention chirurgicale. A été signalée dans le cadre de cette affaire l'arrestation d'un mineur, auteur du meurtre du prêtre, dont les motifs demeurent pour l'heure inconnus.

Le père Orozco Cardona était né le 10 octobre 1984 à Carmen de Viboral. Après ses études primaires et secondaires, il était entré au Séminaire Notre-Dame du Marinilla où il avait étudié la philosophie, poursuivant ses études théologiques au Séminaire national de Christ Prêtre de La Ceja. Il avait été ordonné prêtre voici un an, le 26 février 2010.

Le diocèse de Sonson-Rionegro a condamné le crime et a émis un communiqué signé par l'évêque du diocèse, Mgr Fidel Leon Cadavid Marin, par l'Administrateur diocésain et par le presbyterium, communiqué dans lequel il est demandé à ce que la lumière soit faite sur cet homicide : « Nous déplorons profondément le vil assassinat dans la nuit du 12 février du Père Luis Carlos Orozco Cardona, prêtre ayant travaillé comme vicaire de la paroisse cathédrale de Rionegro. Ceci démontre une fois encore, la grave crise des valeurs humaines et chrétiennes dont souffre notre société à cause de l'oubli de Dieu et du mépris de la vie humaine et de la dignité de la personne humaine ».